Retraites : la CGT dénonce "un passage en force" du gouvernement et "de basses manœuvres pour empêcher les députés de voter sur la réforme"

La commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale a adopté ce mercredi la proposition de Liot sur les retraites mais sans l'abrogation des 64 ans. Il y aura bien "un débat le 8 juin prochain sur la proposition de loi d'abrogation puisque les députés pourront réintroduire l'article 1 qui a été supprimé", assure la CGT.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
La commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale examinant la proposition de loi abrogeant le recul de l'âge effectif de départ à la retraite le 31 mai 2023. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

La secrétaire générale de la CGT Sophie Binet a dénoncé mercredi 31 mai sur franceinfo "un passage en force" du gouvernement après que la commission des Affaires sociales de l'Assemblée a adopté le même jour une version vidée de sa substance de la proposition de loi pour abroger la réforme des retraites. Le texte, porté par les députés indépendants du groupe Liot, a été amputé de sa mesure phare : ramener l'âge légal de départ à la retraite de 64 à 62 ans.

>> Proposition de loi Liot sur les retraites : "Ce texte n'a aucun avenir", réagit le député Renaissance Jean-René Cazeneuve

La secrétaire générale de la CGT assure qu'il y "aura un débat le 8 juin prochain sur la proposition de loi d'abrogation puisque les députés pourront réintroduire l'article 1 qui a été supprimé en commission. Ils pourront le réintroduire en plénière".

Sophie Binet y voit "de basses manœuvres pour empêcher les députés de voter sur la réforme des retraites". Le gouvernement "a bien compris qu'il était minoritaire à l'Assemblée nationale et qu'il y avait une majorité de députés qui voulaient voter cette proposition de loi", assure la syndicaliste. "Si cette proposition de loi était adoptée le 8 juin prochain, ce serait un coup de tonnerre et ça confirmerait à quel point nous avons raison dans notre mobilisation". Elle appelle "tous les jeunes et tous les salariés à faire grève et à manifester le 6 juin prochain pour dénoncer ces basses manœuvres".

"On a connu le 49.3. On a connu les 47.1. Maintenant le nouvel article fétiche du gouvernement, c'est l'article 40"

Sophie Binet, secrétaire générale de la CGT

à franceinfo

Elle voit dans cet article 40 "des arguties juridiques pour empêcher le vote des députés". Le gouvernement déploie "des trésors d'imagination pour utiliser dans la Constitution tous les articles qui permettent de verrouiller l'activité démocratique et parlementaire. C'est du jamais vu sur une proposition de loi d'initiative parlementaire. C'est très grave".

>> Proposition de loi Liot sur les retraites : "Ce n'est pas la fin de la partie", assure le président du groupe

La secrétaire générale de la CGT prévient que, si les députés, le 8 juin, se voyaient empêchés de réintroduire l'article 1 de la PPL du groupe Liot "au nom de l'article 40, ce serait un pur scandale. Parce que cette proposition de loi a été validée par le bureau de l'Assemblée nationale et par la présidente de l'Assemblée nationale". Sophie Binet en appelle "solennellement" au président de la République et à la présidente de l'Assemblée nationale "à arrêter immédiatement toutes ces manœuvres scandaleuses et à laisser la démocratie s'exprimer, à laisser le Parlement s'exprimer, à laisser les députés voter enfin sur la réforme des retraites".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.