Proposition de loi Liot sur les retraites : "Ce texte n'a aucun avenir", réagit le député Renaissance Jean-René Cazeneuve

La commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale a donc vidé de sa substance le texte du groupe Liot. Jean-René Cazeneuve, député Renaissance du Gers, dénonce un texte "sans avenir" et sans majorité.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Jean-René Cazeneuve, à l'Assemblée nationale, le 13 février 2023. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Nous sommes heureux" que "cet article ait été supprimé", car "ce texte n'a aucun avenir", a réagi Jean-René Cazeneuve, député Renaissance du Gers, rapporteur général du budget, mercredi 31 mai sur franceinfo. 

>> Réforme des retraites : suivez dans notre direct l'examen de la proposition de loi Liot en commission

Les députés ont voté contre l'article 1 de la proposition de loi du groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires (Liot) qui prévoit l'abrogation du recul de l'âge légal à 64 ans (38 pour, 34 contre, une abstention). Les députés qui composent la commission des Affaires sociales doivent encore se prononcer sur l'ensemble des articles du texte.

"Nous avons un problème de financement de notre système de retraites, la réforme que nous avons portée est absolument obligatoire pour sauver notre système par répartition."

Jean-René Cazeneuve

à franceinfo

 "Ce texte n'a aucun avenir parce qu'il n'y a pas de majorité", a poursuivi Jean-René Cazeneuve. S'il est "voté à l'Assemblée nationale - on voit ce matin que c'est loin d'être le cas - il irait au Sénat où il ne serait pas voté", a-t-il estimé.

La commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale a donc vidé de sa substance le texte du groupe Liot. Il devait être examiné dans l’hémicycle le 8 juin prochain. "Supposons qu'il y ait une commission mixte paritaire favorable à ce texte, il serait jugé par le Conseil constitutionnel inconstitutionnel au titre de l'article 40. Ce texte ne va pas aboutir, donc maintenir cet espoir auprès de nos concitoyens pendant des mois et des mois, ce n'est pas raisonnable", selon lui.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.