Réforme des retraites : vers la fin des régimes spéciaux

Le chef de l'État a confirmé dimanche 15 avril lors de sa grande interview : les régimes spéciaux de retraite vont être supprimés. C'était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Les explications du journaliste Jean-Paul Chapel.

Voir la vidéo
France 2

Les régimes spéciaux de retraites vont être supprimés. Emmanuel Macron l'avait promis lors de sa campagne, il l'a confirmé dimanche 15 avril lors de sa grande interview, un an après son élection. Aujourd'hui, "5 millions de salariés bénéficient d'un régime spécial de retraite, rappelle le journaliste Jean-Paul Chapel. On les trouve dans une quinzaine de branches du secteur public, comme les cheminots de la SNCF, les employés de la RATP, les électriciens d'EDF, mais aussi les techniciens de la Comédie française ou encore les chanteurs et danseurs de l'Opéra de Paris". Si cette exception est parfois justifiée par la pénibilité du travail, elle est souvent le fruit d'une raison historique. "Le régime des cheminots date d'une époque où il fallait fidéliser un personnel qualifié dans un métier vital pour la nation", explique le journaliste.

4 milliards d'euros par an

Le régime spécial permet souvent de partir plus tôt. L'âge légal pour un conducteur de la SNCF est ainsi de 52 ans, et 42 ans pour les danseurs de l'Opéra de Paris. "Le calcul des pensions est aussi plus avantageux, basé sur les 6 derniers mois de salaires au lieu de 25 ans pour le régime général", ajoute Jean-Paul Chapel. Selon des estimations, "ces régimes accumulent un manque à gagner d'environ 4 milliards d'euros par an".

Le JT
Les autres sujets du JT
La réforme des retraites. Quelles différences entre secteur public et secteur privé ?
La réforme des retraites. Quelles différences entre secteur public et secteur privé ? (JOEL SAGET / AFP)