Réforme des retraites : "On a perdu trois mois, six mois, de discussions parce que le gouvernement n'a rien écouté", estime la CFDT

Frédéric Sève, secrétaire national à la CFDT en charge du dossier des retraites, s'exprimait sur franceinfo mercredi.

Frédéric Sève, secrétaire national à la CFDT en charge du dossier des retraites, le 21 novembre 2012.
Frédéric Sève, secrétaire national à la CFDT en charge du dossier des retraites, le 21 novembre 2012. (THIERRY GACHON / MAXPPP)

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a appelé mercredi 11 décembre le gouvernement à faire marche arrière sur la mise en place d'un âge d'équilibre dès 2022, qu'il considère comme "un gros problème". Il n'y a pas d'avancée "par rapport au rapport Delevoye", a expliqué dans la foulée sur franceinfo Frédéric Sève, secrétaire national à la CFDT en charge du dossier des retraites.

On a perdu trois mois, six mois, de discussions parce que le gouvernement n'a rien écouté, pris en compte.Frédéric Sèveà franceinfo

"Quand le Premier ministre dit qu'il a entendu ce qu'on a dit, j'aimerais bien qu'il précise sa pensée parce qu'on a plaidé pour que la pénibilité soit mieux prise en compte, on a fait des propositions et on n'a eu aucun écho, aucune réponse, aucune contre-proposition. Donc, non, le contenu social n'y est pas", a expliqué Frédéric Sève.

La CFDT appelle à manifester le 17 décembre. La suite dépend du gouvernement. "S'il revient sur la pénibilité et l'imposition forcée de l'âge d'équilibre comme mode de gestion de l'assurance chômage, conclut-il, pour nous, les choses rentrent dans l'ordre. Mais c'est au gouvernement de dire la suite."