Réforme des retraites : les syndicats CGT Cheminots et SUD-Rail envisagent une grève reconductible "dès la mi-février", faute de retrait du texte

Les organisations envisagent par ailleurs d'appeler à deux jours de grève les 7 et 8 février. La tenue de ces journées sera décidée à partir du 31 janvier, jour de mobilisation générale fixée par l'intersyndicale.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militants du syndicat SUD-Rail défilent contre la réforme des retraites, le 19 janvier 2023, à Paris. (LAURE BOYER / HANS LUCAS / AFP)

Le bras de fer continue. La CGT Cheminots et le syndicat SUD-Rail ont proposé, mardi 24 janvier, une grève reconductible "dès la mi-février" à la SNCF si le gouvernement refusait de retirer son projet de réforme des retraites. L'annonce fait suite à la présentation, lundi, du texte de réforme du gouvernement en Conseil des ministres, ainsi qu'à la publication de son étude d'impact, "qui confirme les injustices portées par cette réforme", selon les deux syndicats dans un communiqué. 

>> Réforme des retraites : présentation du projet de loi, mobilisations, examen à l'Assemblée... Le calendrier du bras de fer entre les syndicats et le gouvernement

Dans un tract commun, les organisations, respectivement premier et troisième syndicat à la SNCF, appellent en premier lieu à voter un appel à "deux jours consécutifs de grève les 7 et 8 février" puis "l'ensemble des autres secteurs" à s'y joindre, afin "d'élever le rapport de force". Les syndicats, qui totalisent plus de 50% des voix aux dernières élections professionnelles, proposent par ailleurs aux cheminots d'envisager une "grève reconductible" dès la mi-février, "faute de retrait du texte".

Après le succès de la première journée d'action jeudi 19 janvier contre la réforme des retraites, l'intersyndicale a décidé d'une nouvelle mobilisation générale contre le texte, le 31 janvier. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme des retraites 2023

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.