Réforme des retraites : les opposants sont toujours déterminés, mais moins nombreux

Jeudi 6 février, les opposants à la réforme des retraites se sont à nouveau donné rendez-vous dans la rue, pour une neuvième journée de manifestation interprofessionnelle. Ils étaient cependant nettement moins nombreux à manifester, mais la détermination était intacte.

FRANCE 3

Les mains se lèvent encore pour voter la grève jeudi 6 février, mais les rangs sont clairsemés. Après plus de soixante jours de mobilisation, la plupart des cheminots de la gare de Lyon, à Paris, ont repris le travail, même leur leader. Grèves, manifestations, le secteur des transports forme l'un des piliers de la contestation. Un conducteur de RER a amené sa fiche de paie du mois de janvier. Gréviste chaque jour, il n'a rien touché.

Plus d'appels systématiques à la grève reconductible

Les centrales syndicales aussi ont changé de stratégie, et n'appellent plus systématiquement à la grève reconductible. Même la CGT estime que tout ne se joue pas lors d'une manifestation. "Quand il y a une telle détermination, quand il y a une opinion qui est à ce point-là défavorable, ça ne dépend pas d'une journée", affirme Philippe Martinez, leader du syndicat. L'intersyndicale doit se réunir dans la soirée au siège de la CGT pour définir les suites à donner à la mobilisation interprofessionnelle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le patron de la CGT, Philippe Martinez, lors de la manifestation parisienne contre la réforme des retraites, le 6 février 2020.
Le patron de la CGT, Philippe Martinez, lors de la manifestation parisienne contre la réforme des retraites, le 6 février 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)