Réforme des retraites : la mobilisation en nette baisse

Mercredi 29 janvier, à Paris ou en région, la mobilisation contre la réforme des retraites était en nette baisse. La police parle de 108 000 manifestants dans toute la France.

FRANCE 2

C'est la plus faible mobilisation depuis le début de la contestation. À Marseille (Bouches-du-Rhône), Toulouse (Haute-Garonne) ou Paris, les opposants à la réforme des retraites étaient en nette baisse dans les rues. Près de deux mois après le début de la contestation, il y a d'abord ceux qui espèrent toujours faire reculer le gouvernement. "On est tous concernés, tous perdants, on n'est pas démotivés", lance une femme dans un cortège. Certaines professions espèrent obtenir des aménagements, comme les égoutiers.

"Il y a des gens qui n'ont pas les moyens d'être là"

À Toulouse, les manifestants veulent rappeler que selon les sondages, une majorité de Français reste hostile à la réforme des retraites. "Il y a des gens qui n'ont pas les moyens d'être là", estime un gréviste. De leur côté, les responsables syndicaux se félicitent de l'avis critique rendu vendredi 24 janvier par le Conseil d'État. Jeudi 30 et vendredi 31 janvier, d'autres actions sont programmées et lundi, les professions libérales ont prévu de manifester.

Le JT
Les autres sujets du JT
Manifestation contre la réforme des retraites, le 29 janvier 2020, à Paris.
Manifestation contre la réforme des retraites, le 29 janvier 2020, à Paris. (NOEMIE COISSAC / HANS LUCAS / AFP)