Réforme des retraites : "C'est le monde du travail qui va payer", s'insurge Fabien Roussel (PCF)

Le secrétaire national du PCF apporte son soutien inconditionnel aux agents de la RATP qui font grève, vendredi 13 septembre, contre le projet de réforme des retraites.

FRANCE 2

Une journée noire a débuté ce vendredi 13 septembre dans les transports franciliens alors que les agents de la RATP entament une journée de grève contre la réforme des retraites. Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), soutient sans ambiguïté ce mouvement social : "Ces salariés manifestent leur inquiétude et leur opposition à une réforme des retraites qui prévoit (...) d'allonger le temps de travail."

Agents de la RATP, cheminots, infirmiers, salariés de l'automobile... Le député du Nord encourage "toutes ces professions qui font un travail difficile" à revendiquer "une vraie retraite". Et l'élu d'assurer que son parti propose une retraite "dès 60 ans avec une pension garantie". Quant au gouvernement, son but est, selon Fabien Roussel, de faire travailler plus longtemps les salariés. "Dans tous les cas, c'est le monde du travail qui va payer", s'insurge-t-il sur le plateau des 4 Vérités ce vendredi.

"C'est une question philosophique"

L'argument de l'augmentation de la durée de vie pour justifier celle du travail irrite Fabien Roussel au plus haut point. "Et pourquoi on ne profiterait pas de la deuxième partie de la vie, les plus belles années de notre vie après le travail ? Nous, notre choix de société, c'est qu'à partir de 60 ans, après avoir travaillé toute une vie, on puisse en profiter. C'est une question philosophique", s'exclame le communiste.

Le secrétaire national du PCF apporte son soutien inconditionnel aux agents de la RATP qui font grève, vendredi 13 septembre, contre le projet de réforme des retraites.
Le secrétaire national du PCF apporte son soutien inconditionnel aux agents de la RATP qui font grève, vendredi 13 septembre, contre le projet de réforme des retraites. (FRANCE 2)