Guillaume Peltier (LR) favorable à une suppression des régimes spéciaux y compris pour les parlementaires qui "doivent montrer l'exemple"

Guillaume Peltier, vice-président délégué des Républicains, invité de franceinfo le 10 décembre.

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Guillaume Peltier, vice-président délégué des Républicains, s'est dit mardi 10 décembre sur franceinfo favorable à la suppression des régimes spéciaux "d'ici 2025 au plus tard". "Pour ma génération, il n'y a plus aucune logique dans ces régimes spéciaux, qui avaient peut-être leur utilité il y a quelques décennies. Aujourd'hui ça n'a plus lieu d'être."

>> Réforme des retraites, grève des transports, municipales... Le "8h30 franceinfo" de Guillaume Peltier

J'ai été chef d'entreprise et j'ai été professeur d'histoire-géographie. Je ne comprends pas pourquoi en tant qu'entrepreneur, j'ai droit à 50% des 25 meilleures années, et en tant que fonctionnaire, j'ai droit à 75% des six derniers mois.

Guillaume Peltier, vice-président délégué des Républicains

à franceinfo

"On n'y comprend plus rien, déplore Guillaume Peltier. Ma génération veut une réforme juste, équilibrée, équitable. Et pour que ce soit juste, il ne peut pas y avoir de privilèges des uns par rapport aux autres. Il faut que le travail paye et que le travail paye mieux dans notre pays."

À la question de savoir s'il faut donc aussi réformer le système de retraite des sénateurs, Guillaume Peltier répond "tous les systèmes". "Il me semble que tous les Français, et certainement au premier rang les parlementaires, doivent montrer l'exemple." Pour autant, il reconnaît ne pas pouvoir influencer les sénateurs à faire de même. "C'est aux sénateurs de prendre leurs responsabilités, estime pour autant le député. Ce n'est pas aux députés d'imposer aux sénateurs ce qu'ils ont à choisir."

Guillaume Peltier, vice-président délégué des Républicain, invité de franceinfo le 10 décembre 2019.
Guillaume Peltier, vice-président délégué des Républicain, invité de franceinfo le 10 décembre 2019. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)