Grève contre la réforme des retraites : la mobilisation des agents en baisse

Après 40 jours de grève, les syndicats CGT et Force ouvrière réclament toujours la suppression pure et simple de la réforme des retraites et appellent à poursuivre le mouvement. Sur le terrain, cependant, la mobilisation ne cesse de faiblir.

France 2

Lundi 13 janvier, en gare de Bordeaux (Gironde), les usagers retrouvent le sourire. Le trafic est quasi normal, et les TGV circulent à nouveau après plus d'un mois de difficultés. C'est le soulagement. En effet, la mobilisation chez les cheminots faiblit. Seulement 4,3% des agents de la SNCF ont fait grève lundi, c'est le plus bas niveau depuis le début du mouvement. Du côté de la RATP, c'est le même essoufflement. Les conducteurs de bus ont repris le chemin du travail.

Les troupes se démobilisent

Difficile de tenir financièrement après 40 jours de grève. "J'ai fait la grève, mais ce qui m'a poussé à reprendre, c'est l'argent. La grève s'est atténuée pour l'instant, mais je pense que ça reprendra", témoigne un conducteur. Lundi matin, ils n'étaient qu'une poignée de cheminots, gare de Lyon, à Paris, à voter pour la reconduction de la grève. Les syndicats le savent, ils doivent remotiver les troupes. Pour eux, le retrait de l'âge pivot n'est pas suffisant.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une station de métro fermée à la gare Montparnasse, le 2 janvier 2020. La grève contre la réforme des retraites est entrée dans son 2e mois de mobilisation.
Une station de métro fermée à la gare Montparnasse, le 2 janvier 2020. La grève contre la réforme des retraites est entrée dans son 2e mois de mobilisation. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)