Cet article date de plus de six ans.

Privatisation de l'aéroport : les Niçois appelés aux urnes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Fermement opposé à la privatisation de l'aéroport de Nice, Christian Estrosi, le maire de la ville, a organisé un référendum.

Alors que la loi Macron vient d'être adoptée, l'un de ses textes fait polémique à Nice. Et pour cause : une mesure autorise la privatisation de l'aéroport de la ville. Le maire, Christian Estrosi, y est fermement opposé et a décidé d'organiser un référendum ce jeudi 19 février. Les Niçois se sont succédé aux urnes, ce matin, afin d'approuver ou non la privatisation. 

Un référendum pour influencer les débats

"Je veux garder à Nice notre aéroport, qui nous appartient", souligne un habitant au micro de France 2. "Je suis venue voter pour que l'aéroport reste propriété de Nice et que ça ne nous enlève pas du travail pour nos jeunes", s'exclame une riveraine. 
Même si le référendum n'a aucune valeur juridique, Christian Estrosi espère que ce vote influencera la suite des débats. "Les Niçois, au nom de tous les Français qui se sentent volés, spoliés aujourd'hui, se mobilisent", déplore le maire UMP de la ville.
L'aéroport, le plus grand de province, rapporte 400 000 euros de redevance à la Ville de Nice chaque année. Il emploie également 66 000 personnes. De quoi justifier les 100 000 euros dépensés pour organiser ce référendum.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.