Consommation : le bonus réparation peine à séduire

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Consommation : le bonus réparation peine à séduire -
Consommation : le bonus réparation peine à séduire Consommation : le bonus réparation peine à séduire - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - J.Van Hove, J.Messa, M.-P.Degorce, V.Lucas, G.Massina, M.Barrois, S.Sahki, S.Gravelaine
France Télévisions
France 2
Quatre mois après le lancement du bonus réparation pour les appareils ménagers, le bilan reste mitigé. Afin d’accélérer le processus, le bonus pourrait être doublé d’ici à juillet.

Depuis quatre mois, le bonus réparation peine à se faire connaître des consommateurs. Dans un magasin, les clients découvrent le dispositif. "On ne prend pas le temps de le faire, mais ça serait une bonne idée", témoigne une femme. Pour convaincre, le gouvernement veut pousser le dispositif et multiplié par deux le bonus. L’aide financière passerait de 15 à 30 euros pour réparer un aspirateur et de 45 à 90 euros pour un ordinateur. 

Seulement 500 000 euros dépensés 

Le deuxième enjeu est d’accueillir plus de professionnels. Aujourd’hui, seuls 1 500 réparateurs ont le label QualiRépar, il en faudra 4 000 d’ici à 2027. Un artisan indépendant à Versailles (Yvelines) vient de remplir son dossier. Une démarche longue qui lui coûte 1 000 euros de frais administratifs et 500 euros par mois. Une dépense qu’il estime nécessaire. Pour que ça fonctionne, il va falloir convaincre les grandes enseignes. Depuis le mois de décembre, 500 000 euros ont été dépensés par le fonds sur 62 millions prévus cette année. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.