Cet article date de plus d'un an.

Alimentation : consommer français, une habitude pas accessible à tous

Publié Mis à jour
Alimentation : consommer français, une habitude pas accessible à tous
Alimentation : consommer français, une habitude pas accessible à tous Alimentation : consommer français, une habitude pas accessible à tous (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - V.Frédéric, D.Sébastien, B.Millaud, N.Murviedro
France Télévisions
France 2

Le chef de l'État, Emmanuel Macron, a insisté sur la souveraineté agricole et alimentaire lors du rendez-vous annuel des jeunes agriculteurs, réunis dans la Beauce le vendredi 9 septembre. Dans ce contexte inflationniste, est-ce vraiment réaliste ? Les Français ont-ils le pouvoir d'achat pour privilégier ce qui est produit en France ? 

Acheter français en priorité, pour soutenir l'agriculture locale. Dans les rayons d'un supermarché de Lyon (Rhône), beaucoup de consommateurs n'ont pas attendu l'appel d'Emmanuel Macron pour prendre cette habitude. "Je le fais déjà depuis un moment, parce que je trouve que c'est très important de soutenir les agriculteurs français", confie une femme. "C'est très important pour moi", ajoute un autre. Chaque semaine, ils seraient 53% à acheter des produits français, et même des produits locaux pour 43% d'entre eux. 

Des prix trop élevés 

Pour beaucoup, les prix sont toutefois jugés trop chers. "Aujourd'hui, avec la hausse des tarifs et le pouvoir d'achat qui suit, on a du mal à pouvoir répondre à la demande et acheter que du 100% français", explique une consommatrice. "Trop cher", abonde un homme. L'inflation ne serait toutefois pas le seul frein. "L'origine France doit devenir plus compétitive. Les coûts de production en France sont malheureusement plus élevés qu'ils ne le sont dans d'autres pays, analyse Olivier Dauvers, expert en consommation. La deuxième chose, c'est qu'il faudra que le consommateur, et les distributeurs derrière lui, changent leur façon d'acheter, qu'ils regardent autre chose que le seul prix." 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.