"Valeurs actuelles" fait sa une sur "Quotidien", l'émission réplique en diffusant gratuitement l'hebdo

L'hebdomadaire consacre un dossier à l'émission de TMC intitulé "La tyrannie des bien-pensants". 

Le présentateur de \"Quotidien\", Yann Barthès, le 29 août 2018. 
Le présentateur de "Quotidien", Yann Barthès, le 29 août 2018.  (MAXPPP)

Passe d'armes entre Valeurs actuelles et "Quotidien". L'hebdomadaire ultra-conservateur consacre, mercredi 20 novembre, un dossier à l'émission "Quotidien", diffusée sur TMC et présentée par Yann Barthès. Intitulé "La tyrannie des bien-pensants", l'article se veut une "enquête sur des faux cools mais vrais censeurs"

"Depuis qu'il a créé l'émission Quotidien, en septembre 2016, Yann Barthès, l'animateur vedette de TMC - 1,68 mètre, c'est lui dans le costume - a fait éclater la concurrence dans cette case si convoitée de l'access prime time ", écrit Valeurs actuelles. Et l'hebdomadaire de poursuivre : "Sa recette ? Un mélange d'information et de divertissement - que les personnes autorisées appellent infotainment -, cocktail séduisant qui permet la très large diffusion d'une propagande bien-pensante savamment mise en scène."

"Vive les bien-pensants. Bisous"

Cette une n'a pas franchement plu à "Quotidien" et à son présentateur qui ont décidé de diffuser gratuitement sur les réseaux sociaux le numéro de l'hebdo. "Gardez vos 5€50. Demain, n'achetez pas le journal d'extrême droite Valeurs Actuelles et lisez GRATOS le dossier bidon qu'il nous consacre dès aujourd'hui.
Et vive les bien-pensants. Bisous.",
a écrit Yann Barthès sur Instagram. 

Voir cette publication sur Instagram

Gardez vos 5€50. Demain, n'achetez pas le journal d'extrême droite Valeurs Actuelles et lisez GRATOS le dossier bidon qu'il nous consacre dès aujourd'hui. Et vive les bien-pensants. Bisous. Lien dans la story de @qofficiel

Une publication partagée par Yann Barthes (@0yann0) le

Valeurs actuelles a répliqué dans la foulée via une vidéo de son directeur de la rédaction, Geoffroy Lejeune. "Au lieu de répondre sur le fond et de peut-être même nous inviter sur leur émission pour qu'on ait un débat honnête sur cette question, ils ont décidé de publier gratuitement sur des réseaux sociaux notre travail et en intégralité. C'est évidemment parfaitement illégal, parfaitement scandaleux", affirme le journaliste.