Emmanuel Macron sur TF1 : "On s'en moque des mercis, ce qu'il faut c'est des actes !", estime une retraitée devant sa télé

Emmanuel Macron a consacré une partie de son interview, jeudi, dans le JT de 13 heures de TF1, aux retraités. 

Des Français devant leur télévision, le 12 avril 2018, lors de l\'interview d\'Emmanuel Macron dans le journal de 13 heures de TF1.
Des Français devant leur télévision, le 12 avril 2018, lors de l'interview d'Emmanuel Macron dans le journal de 13 heures de TF1. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Il avait une heure pour convaincre. Le président de la République, Emmanuel Macron, était l'invité du journal de 13 heures sur TF1, jeudi 12 avril. L'un des objectifs de cette interview, à une heure inhabituelle, était de remettre du lien avec une partie des retraités. A-t-il réussi cet exercice ? franceinfo a suivi la diffusion du journal télé dans un club de seniors dans le 20e arrondissement de Paris.

Paris : des retraités ont suivi l'interview d'Emmanuel Macron au 13 heures de TF1 - un reportage de Marie-Jeanne Delepaul
--'--
--'--

"Je leur dit surtout une chose, je n'ai jamais pris un retraité pour un portefeuille." Quand il entend cette déclaration d'Emmanuel Macron, Jean-Marie, manque de s'étrangler avec son café. Accoudé au comptoir, ce cuisinier à la retraite de 75 ans rétorque aussitôt : "Ah si ! Le retraité, c'est le portefeuille parce que toutes les personnes qui ont fait des économies, maintenant qu'elles sont à la retraite, l'argent qu'elles ont mis de côté, on leur reprend !", affirme-t-il. Lui qui touche 1 200 euros net par mois et a toujours voté à droite fustige la hausse de la CSG pour deux tiers des retraités.

Dans le petit écran, le président de la République reconnaît qu'il "a demandé à nos anciens un effort". Suzanne hoche la tête. "S'il veut faire des choses, l'argent, il faut bien qu'il le trouve quelque part", estime cette ancienne secrétaire de 89 ans qui a voté pour le candidat d'En marche dès le premier tour de l'élection présidentielle. "Ça ne me dérange pas de perdre 20 ou 30 euros pour faire des maternités, des écoles maternelles." 

"Remettre la France au travail"

En revanche, lorsqu'Emmanuel Macron dit "merci" aux retraités, elle n'est pas tout à fait convaincue. "Qu'il remette la France au travail, dit-elle. On s'en moque des mercis. Ce qu'il faut, c'est des actes !"

Moi, ce que je reproche surtout, c'est qu'on ne s'occupe pas assez des jeunes pour les faire travailler.Suzanne, 89 ans, ancienne secrétaireà franceinfo

Jean-Marie hausse les épaules. "Lui, il a une belle gueule et il raconte, lâche-t-il en regardant Emmanuel Macron poursuivre son entretien avec Jean-Pierre Pernaut. C'est pour cela qu'il est dans une école : il raconte des histoires aux enfants." Pour lui la suppression de la taxe d'habitation promise dès cet automne ne suffira pas à regagner du pouvoir d'achat.