Cet article date de plus d'onze ans.

Les services de messagerie des BlackBerry ont commencé à être suspendus, selon des utilisateurs

L'Arabie et les Emirats arabes unis avaient annoncé vouloir suspendre certains services de messagerie d'un des smartphones les plus répandus dans le monde, avec l'iPhone.Les Etats-Unis se sont dit "déçus" de cette décision.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Publicité pour un BlackBerry à Dubaï (AFP)

L'Arabie et les Emirats arabes unis avaient annoncé vouloir suspendre certains services de messagerie d'un des smartphones les plus répandus dans le monde, avec l'iPhone.

Les Etats-Unis
se sont dit "déçus" de cette décision.

L'Autorité de régulation des télécommunications des Emirats arabes unis a indiqué lundi soir que le "roaming" sur les trois services de BlackBerry sera également stoppé. Autrement dit, il ne sera pas possible pour les abonnés du BlackBerry des Emirats arabes unis d'avoir accès à ces services lorsqu'ils sont en déplacement à l'étranger, tout comme ceux qui se trouvent dans le pays.

Les questions de sécurité sont mises en avant par Ryad et Dubaï, mais le Blackberry permet aussi de contourner la censure du Web dans les pays du Golfe. Ni l'Arabie saoudite ni les Emirats arabes unis n'autorisent un accès libre à Internet.

700.000 abonnés en Arabie saoudite
"La CITC (autorité de régulation des télécoms saoudienne) a ordonné aux fournisseurs locaux de suspendre le service des messageries de BlackBerry ce mois (août)", indique le journal Saudi Gazette lundi. Selon ce dernier, la suspension concerne la messagerie instantanée, mais pas le service courriel. Les services de messagerie du BlackBerry comptent plus de 700.000 abonnés en Arabie saoudite.

Les trois fournisseurs saoudiens, Saudi telecommunications co. (STC), Mobily et Zain, ont demandé à Research in Motion (Rim, fabricant du Blackberry), fabricant canadien du téléphone multimédia, de "modifier son service de messagerie de manière à ce qu'il soit conforme aux normes officielles et sociales" de l'Arabie saoudite, ajoute le journal.

Le débat sur le contrôle des services BlackBerry aux Emirats s'est amplifié la semaine dernière, le coeur du problème portant sur le traitement et le stockage hors du pays des données des utilisateurs du BlackBerry.

Même mesure dans les Emirats arabes unis
Les Emirats arabes unis, qui comptent 500.000 abonnés, avaient annoncé dimanche la suspension à partir du 11 octobre des principaux services de BlackBerry. Ils ont invoqué les problèmes de sécurité et la non conformité aux législations en vigueur dans le pays.

La suspension sera valable "tant qu'une solution conforme aux législations sur les télécommunications en vigueur dans le pays n'est pas trouvée", a indiqué l'Autorité de contrôle des télécommunications (TRA). Selon elle, la décision a été prise "après l'échec de plusieurs tentatives pour que les services de BlackBerry soient compatibles" avec les lois du pays.

RSF dénonce l'arrestation d'utilisateurs de la messagerie BlackBerry
"Le gouvernement (des Emirats arabes unis) voit les services proposés par Blackberry , notamment son service de messagerie instantanée, comme une entrave à sa stratégie de renforcement de la censure, du filtrage et de la surveillance", a estimé de son côté RSF dans un communiqué publié le 26 juillet.

Selon RSF, "les autorités émiraties ont lancé une vague d"arrestations et de harcèlement à l"encontre de plusieurs utilisateurs de Blackberry Messenger (BBM). Ils sont accusés d"avoir planifié l"organisation d"une manifestation, finalement annulée, destinée à protester contre l"augmentation du prix de l"essence, l"un des plus élevés du monde arabe. L"un d"eux, Badr Ali Saiwad Al Dhohori, un jeune homme de 18 ans résidant dans l"Emirat de Ras Al Khaimah, serait toujours détenu, depuis le 15 juillet dernier, à Abu Dhabi."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.