Le CSA étudie deux projets concurrents de chaînes payantes dont la thématique sera le vin, a-t-on appris mardi

Le Conseil supérieur de l'Audiovisuel rendra sa décision la semaine prochaine. L'une des deux chaînes, Edonys, veut faire de la dégustation et la promotion du vin à l'antenne.L'autre, dont le nom n'a pas été communiqué par le CSA, promet de respecter la loi Evin interdisant de faire de la publicité directe ou indirecte pour l'alcool et le tabac.

Françoise Laborde, conseillère au CSA.
Françoise Laborde, conseillère au CSA. (France 3)

Le Conseil supérieur de l'Audiovisuel rendra sa décision la semaine prochaine. L'une des deux chaînes, Edonys, veut faire de la dégustation et la promotion du vin à l'antenne.

L'autre, dont le nom n'a pas été communiqué par le CSA, promet de respecter la loi Evin interdisant de faire de la publicité directe ou indirecte pour l'alcool et le tabac.

Cette chaîne prévoit également de suivre une charte, de ne pas faire de dégustation ou de promotion de vin. Elle va en outre faire des émissions sur les risques pour la santé de la consommation du vin ou le poids économique et social du secteur, a expliqué Françoise Laborde, conseillère au CSA.

Pour Julien Dumont, coordinateur du projet Edonys, "le vin est un produit culturel. C'est la première industrie française à l'exportation. La loi Evin ne dit pas qu'on n'a pas le droit de montrer une bouteille de vin".

Edonys prévient qu'en cas de refus du CSA, elle va diffuser à partir du Luxembourg. "Le projet de lancement est fixé à fin 2010. Nous allons émettre du Luxembourg dans toute l'Europe et notamment vers la France", a indiqué M. Dumont.

Une vingtaine de sénateurs qui soutiennent le projet Edonys ont déposé une proposition de loi la semaine dernière visant à autoriser les chaînes de télévision payantes dédiées au vin.

"Nous leur avons dit que s'ils persistaient dans ce projet, on ne pourra pas leur donner le feu vert. Nous leur avons demandé de faire une version qui rentre dans les clous. Ils ont répondu +non+", a expliqué Mme Laborde.

"D'un côté, il y a une chaîne faite par des producteurs de vins et de
l'autres une chaîne faite par des producteurs de télévision qui ont envie de parler de viticulture au sens large", a résumé Mme Laborde.

Un groupe de travail du CSA va étudier les deux projets mercredi, puis arrêtera sa décision en séance plénière la semaine prochaine.