Cet article date de plus de douze ans.

L'infâme ploutocrate est un site internet dédié à la dénonciation de ceux qui dilapident l'argent de la classe moyenne

"Les riches, ça craint", a expliqué Paul Burton, l'un des créateurs de thevileplutocrat.com, lors de la présentation de son site au festival multimédia South By South West qui se déroule en ce moment au Texas.L'idée de ce site a germé, dit-il, "au moment du scandale Madoff"', coupable d'une gigantesque fraude portant sur 50 milliards de dollars.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La page d'accueil du site "The Vile Plutocrat"

"Les riches, ça craint", a expliqué Paul Burton, l'un des créateurs de thevileplutocrat.com, lors de la présentation de son site au festival multimédia South By South West qui se déroule en ce moment au Texas.

L'idée de ce site a germé, dit-il, "au moment du scandale Madoff"', coupable d'une gigantesque fraude portant sur 50 milliards de dollars.

Selon M. Burton, la chute de la maison Madoff a mis en lumière un "tsunami" de fraudes du même acabit. Mais il s'est senti dupé lorsque les articles contant l'ampleur de ces fraudes ont commencé à quitter progressivement la "Une" des journaux pour, au final, ne faire plus que l'objet de brèves dans les pages intérieures.

"En gros, nous cherchons tout type d'information qui tourne autour de ces gens qui font partie de la frange supérieure de la société et dont l'activité principale consiste à dilapider l'argent de la classe moyenne", souligne Paul Burton.

Sur le site de couleur sépia parsemé de logos dollars, on y apprenait notamment lundi comment un chanteur de folk, Dan Sheridan, avait été renvoyé d'un job à Aspen pour avoir composé une chanson baptisée "Big Money" dénonçant les ravages des riches sur cette station de ski du Colorado très prisée de la jet set.

Parmi les histoires du "Richistan" on trouvait aussi un article sur pourquoi et comment un élu américain du Congrès s'était fait sermonner pour avoir accepté des "cadeaux" sous forme de voyages, ou encore un article sur le rôle qu'ont pu jouer les banques américaines dans la crise financière qui touche la Grèce.

On remarquait en encadré des "Citations infâmes" de personnalités, mais aussi en médaillon le "Greedy bastard of the month" (l'enfoiré vénal du mois), attribué à un certain Kwame Kilpatrick, ancien maire de Detroit dont le mandat a été entaché de corruption et qui a purgé 99 jours de prison.

Dessous, une liste de personnalités étaient passées à la "Guillotine", dont Nicolas Cage. Ce dernier est accusé d'être "une tête de noeud" dépensière et le site en veut pour preuve sa liste de shopping des dix dernières années: deux châteaux en Europe, 22 voitures dont 9 Rolls Royce, des bijoux, des animaux exotiques etc...

Mais toutes ces infos sont-elles vérifiées ? "L'infâme ploutocrate est un site d'informations. Rien n'est inventé, tout est vrai", insiste Paul Burton.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.