Cet article date de plus d'un an.

Infographies Visualisez ce que représente la redevance audiovisuelle des médias publics français, appelée à disparaître

Montant, médias bénéficiaires, comparaison avec nos voisins… Franceinfo revient en infographies sur la redevance audiovisuelle qu'Emmanuel Macron a promis de supprimer.

Article rédigé par Noé Bauduin
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min
La contribution à l'audiovisuel public est payée, sauf exonération, par tous les foyers possédant un téléviseur. (RENE WASSENBERGH / EYEEM / GETTY IMAGES)

Précision : franceinfo.fr est l'offre d'information numérique de l'audiovisuel public. Ses équipes et leur production, à France Télévisions et à Radio France, sont financées en partie par la redevance.


Mardi 28 juin, les programmes des chaînes de télévision, des radios publiques et du site de franceinfo.fr ont été fortement perturbés. Une partie des salariés était en grève contre la suppression de la redevance audiovisuelle. Une promesse faite par Emmanuel Macron durant sa campagne présidentielle, avec la volonté affichée d'appliquer cette mesure dès 2022. 

Mais à quoi sert vraiment cette redevance ? Quel est son montant ? Est-elle plus élevée que chez nos voisins ? En quatre graphiques, franceinfo vous aide à visualiser ce que représente cette taxe, payée aujourd'hui par près de 23 millions de foyers français, selon un rapport sénatorial.

Deux tiers de la redevance financent France Télévisions

La redevance est une taxe qui sert à financer les différents médias de l'audiovisuel public. En 2021, elle a permis de collecter 3,7 milliards d'euros. Deux tiers de ce montant, soit un peu moins de 2 milliards et demi d'euros, servent à financer le groupe France Télévisions, selon un récent rapport du Sénat. Ce groupe, dont fait partie franceinfo.fr, se compose également des chaînes France 2, France 3, France 4, France 5, franceinfo (canal 27 de la TNT), du réseau des chaînes La 1ère sur le portail des outre-mer, ou encore de france.tv slash, l'offre en ligne destinée aux jeunes.

Le deuxième bénéficiaire de la redevance est le groupe Radio France, qui est financé à hauteur d'environ 600 millions d'euros par la redevance, soit 15,9% du montant total collecté. Les sept antennes qui composent le groupe sont France Inter, franceinfo, France Bleu, France Culture, France Musique, FIP et Mouv'. 

Arte France, branche française de la chaîne franco-allemande, est elle aussi bénéficiaire de la redevance, puisqu'un peu plus de 270 millions lui sont consacrés chaque année. Une part similaire de la redevance est allouée à France Médias Monde, un groupe tourné vers l'international et notamment composé de la radio RFI et de la chaîne d'information France 24.

TV5 Monde, chaîne à destination de la francophonie, est également bénéficiaire de la redevance, à hauteur d'environ 80 millions d'euros. Enfin, l'Institut national de l'audiovisuel (INA), chargé de la gestion et de la mise en valeur des archives audiovisuelles, est lui aussi financé par cette contribution : 90 millions d'euros lui sont consacrés annuellement.

La redevance représente plus de 85% du financement des médias publics

La redevance représente la majorité des ressources financières de tous ces médias publics. Plus de 85% des budgets de France Télévisions et de Radio France viennent de cette contribution. Le reste est principalement issu de la publicité, mais cette dernière est moins présente que sur les chaînes ou antennes privées. Elle est par exemple absente sur les chaînes publiques entre 20 heures et 6 heures.

La part de la redevance dans les ressources des médias grimpe même à 96% pour France Médias Monde et 99% pour Arte France, la publicité étant inexistante sur la chaîne 7 de la TNT.

La redevance a augmenté de 16 euros depuis 2008 dans l'Hexagone

Le montant de la redevance est aujourd'hui fixé à 138 euros dans l'Hexagone et 88 euros en outre-mer. Ce montant est dû par chaque foyer possédant un écran de télévision, soit 27,61 millions en 2022, selon un rapport du Sénat. Certaines personnes étant exonérées de la redevance, notamment les personnes âgées ou handicapées avec de faibles revenus, un peu moins de 23 millions de foyers la paient effectivement, précise ce rapport du Sénat. Au total, ce sont donc 3,7 milliards d'euros qui ont été collectés en 2021. Il est inscrit dans la loi que la redevance doit être indexée sur l'inflation, ce qui explique le passage progressif de 116 euros en 2008 à 139 euros en 2018, en France hexagonale.

Mais, depuis 2018, cette indexation a été gelée et la redevance a même baissé d'un euro en 2020, sur l'ensemble du territoire. Le montant collecté dans le cadre de la redevance a aussi baissé ces dernières années à cause du taux d'équipement en téléviseurs des ménages, qui est passé de 98% en 2010 à 92% en 2020, selon le récent rapport du Sénat.

Les Français paient moins que les Allemands, mais plus que les Italiens

Les Français payent-ils davantage que leurs voisins pour leur audiovisuel public ? Pas vraiment, selon les chiffres de l'Union européenne de radio-télévision, qui calcule par pays la somme totale consacrée au financement des médias publics, divisée par la population. Avec une moyenne de 50 euros par personne et par an, la France se situe très loin des 131 euros dépensés pour les médias de service public en Suisse, des 100 euros en Allemagne ou encore des 69 euros au Royaume-Uni. Dans ces pays, le financement se fait via une redevance payée par tous, qu'ils possèdent ou non un téléviseur. Mais outre-Manche, Boris Johnson a annoncé la suppression de la redevance à l'horizon 2027.

En revanche, les Espagnols et les Italiens ne paient respectivement que 39 et 29 euros. En Espagne, la télévision publique est financée par l'impôt, alors qu'en Italie, un système de redevance lié à la possession de téléviseur, comme en France, est en place. Mais si nos voisins transalpins paient moins que les Français, c'est parce que la publicité y est davantage présente sur les chaînes publiques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.