Cet article date de plus d'un an.

"France-Antilles", seul quotidien des Antilles et de Guyane, est placé en liquidation judiciaire

La Martinique, la Guadeloupe et la Guyane vont devenir les seules régions de France sans journal quotidien. Au total, 235 salariés devraient être licenciés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le dernier numéro de "France-Antilles", lu par un homme à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, le 30 janvier 2020.  (CEDRIK-ISHAM CALVADOS / AFP)

France-Antilles a été placé en liquidation judiciaire sans poursuite d'activités, signifiant que la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane vont devenir les seules régions de France sans journal quotidien, a annoncé jeudi 30 janvier le tribunal mixte de commerce de Fort-de-France. 

Le groupe France-Antilles, en redressement judiciaire depuis le 25 juin 2019, employait 235 salariés dans trois éditions distinctes dans les trois départements d'outre-mer. Ancienne filiale du groupe Hersant, le quotidien avait été créé en mars 1964 à l'occasion de la visite officielle du président Charles de Gaulle en Martinique.

Dans leur une de jeudi matin, les salariés avaient déjà fait part de leur pessimisme : "Chers lecteurs, vous avez peut-être entre vos mains la dernière édition de votre journal France-Antilles, créé en 1965".

"Cataclysme social" 

"Les Antilles et la Guyane seront les premières et donc les seules régions de France à être privées d'un journal quotidien", poursuit le quotidien en une. Il souligne également "le cataclysme social" qui "jette à la rue 235 salariés et leurs familles, de Martinique, Guadeloupe et Guyane"

Le tribunal de commerce avait laissé jusqu'à mercredi soir (heure de Martinique) à l'actionnaire pour fournir "les éléments complémentaires liés au bouclage financier" de son offre de reprise, présenté le 14 janvier dernier. Mais AJR Participations n'a pas réussi à boucler son plan de financement.

L'actionnaire devait impérativement trouver 1,3 million d'euros supplémentaires, l'Etat ayant accordé une aide de trois millions à ajouter aux trois autres millions d'euros issus d'investisseurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.