Cet article date de plus d'onze ans.

En 2010, 57 journalistes ont été tués dans l'exercice de leur profession, contre 76 en 2009

Outre les décès, Reporters Sans Frontières rapporte qu'au cours de l'année écoulée, 51 journalistes ont été enlevés, 535 ont été arrêtés, 1.374 ont été agressés ou menacés, tandis que 504 médias ont été censurés et 127 journalistes ont fui leur pays.Pour internet, 152 blogueurs ont été arrêtés, 52 agressés et 62 pays sont touchés par la censure.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 1 min.
En 2010, des journalistes ont été tués dans 25 pays différents (AFP PHOTO/POOL/Khalil HAMRA)

Outre les décès, Reporters Sans Frontières rapporte qu'au cours de l'année écoulée, 51 journalistes ont été enlevés, 535 ont été arrêtés, 1.374 ont été agressés ou menacés, tandis que 504 médias ont été censurés et 127 journalistes ont fui leur pays.

Pour internet, 152 blogueurs ont été arrêtés, 52 agressés et 62 pays sont touchés par la censure.

RSF note que moins de journalistes ont été tués dans les zones de guerre au cours des dernières années mais qu'il est de plus en plus difficile d'identifier les assassins parmi les groupes mafieux, armés ou religieux et les Etats.

En 2010, des journalistes ont été tués dans 25 pays différents. Depuis que RSF établit son bilan, c'est la première fois qu'autant de pays sont touchés.

L'année 2010 se démarque également par l'augmentation importante du nombre d'enlèvements: 29 cas en 2008, 33 en 2009, 51 en 2010. La prise d'otages des journalistes de FR3 Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier ainsi que de leurs trois accompagnateurs afghans est la plus longue de l'histoire du journalisme français depuis la fin des années 80, observe par ailleurs l'ONG.

Mercredi, de nombreuses manifestations ont marqué le 1er anniversaire de l'enlèvement des deux hommes à travers toute la France. Leurs portraits ont notamment été projetés sur l'Arc de Triomphe à Paris.

Pour la première fois cette année, aucun continent n'a échappé au fléau de l'enlèvement, les journalistes devenant une véritable monnaie d'échange et les kidnappings permettant aux ravisseurs de financer leurs activités criminelles.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.