Cet article date de plus de neuf ans.

Le quinquennat de Sarkozy vu par les médias étrangers

Dix-huit journalistes étrangers dressent le bilan du mandat de Nicolas Sarkozy, dans un documentaire diffusé sur Arte ce soir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Sarkozy lors de la dernière campagne présidentielle, le 26 avril 2007 à Paris. (THOMAS COEX / AFP PHOTO )

Ils sont anglais, allemands, russes, espagnols, américains, israéliens, algériens... Et ont un point commun : journalistes, tous travaillent pour leur média depuis Paris. Dans Looking for Nicolas Sarkozy*, un documentaire diffusé mercredi 21 décembre en première partie de soirée sur Arte, le réalisateur William Karel leur donne la parole, pour "faire un bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy, pour rafraîchir la mémoire de tous, (...) sans langue de bois".

Pendant 78 minutes, des correspondants du New York Times, du Spiegel, de l'Independent, d'Al Jazeera ou d'El País distribuent ainsi bons points (présidence de l'UE, gestion de la crise grecque, conflit en Géorgie...) et mauvaises notes (discours de Grenoble, relations diplomatiques, déchéance de la nationalité...). Et dressent un portrait tranchant du président français, présenté par certains comme "un gamin de 10 ans", "un Shakespeare de tous les jours", un président "too much", un homme qui n'a "pas de convictions", "jaloux d'Obama"...

Les professionnels qui témoignent ont le sentiment que Nicolas Sarkozy ne les aime pas - "Dès qu'il comprend que c'est un journaliste étranger, il se ferme", "La presse étrangère, ça ne l'intéresse pas". Mais ils ne doutent pas un seul instant qu'il "combattra jusqu'au dernier moment". Car, rappelle l'Italien Alberto Toscano, "en politique, tout est toujours possible".

*Looking for Nicolas Sarkozy de William Karel, 78 minutes, DVD Roche Productions (14,95 euros). Diffusion sur Arte mercredi 21 décembre à 20h40.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.