Cet article date de plus de cinq ans.

Amedy Coulibaly aurait-il reçu des instructions ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Amedy Coulibaly avait-il un commanditaire ?
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les enquêteurs ont retrouvé un mail reçu par le terroriste le soir de l'attaque de Montrouge, juste quelques heures avant celle de la porte de Vincennes. Amedy Coulibaly n'était semble-t-il pas un loup solitaire...

Ce mardi 13 octobre, les enquêteurs révèlent avoir retrouvé un mail reçu par Amedy Coulibaly, envoyé par un mystérieux instructeur. Retour sur les faits. Le 8 janvier 2015, vers 8 heures, Amedy Coulibaly abat une policière municipale à Montrouge et blesse un agent municipal. Le soir, il reçoit un courriel. Un commanditaire l'appelle à "travailler tout seul", à "aller au plus facile et au plus sûr" et lui laisse le choix quant à la prochaine cible : "Peut-être grande ceinture si problème au centre. C'est toi qui vois le mieux."

Lié aux frères Kouachi ?

Le lendemain, vers 13 heures, Amedy Coulibaly attaque l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Quatre personnes sont tuées pendant la prise d'otages et Amedy Coulibaly est finalement abattu par les forces de l'ordre.

D'autres phrases codées présentes dans le courriel intriguent les enquêteurs, notamment celle-ci : "Si possible trouver et travailler avec zigoto, expliquer dans vidéo que toi donner à zigoto les outils au nom de D." "Zigoto" pourrait être un nom de code pour désigner les frères Kouachi, auteurs de l'attentat à Charlie Hebdo, et "D." pourrait signifier Daech. La vidéo dont il semble être question a été réalisée et postée depuis la Syrie. Dans celle-ci, Coulibaly revendique ses attaques au nom du groupe Etat islamique.

Depuis les attentats de janvier, sept personnes ont été arrêtées et placées en détention. Elles sont soupçonnées d'avoir aidé le terroriste à se procurer son arsenal.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Charlie Hebdo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.