Cet article date de plus d'un an.

LVMH s'offre le joaillier Tiffany pour plus de 16 milliards de dollars

Pour le groupe français, l'acquisition de Tiffany va permettre de renforcer sa présence aux Etats-Unis, actuellement le deuxième marché du géant du luxe.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un magasin du joaillier Tiffany, à New York (Etats-Unis), le 18 novembre 2019. (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO / AFP)

Le numéro un mondial du luxe LVMH va croquer le célèbre joaillier Tiffany pour 16,2 milliards de dollars. Il s'agit d'une acquisition record pour le groupe de Bernard Arnault, qui va se renforcer outre-Atlantique. "C'est une marque emblématique, une icône de l'Amérique qui devient ainsi un peu française", s'est félicité Bernard Arnault.

"Elle a beaucoup de potentiel et une histoire incroyable. Nous avons l'ambition de faire briller cette marque emblématique avec tout le soin et toute la détermination que nous avons su déployer pour toutes les maisons qui nous ont rejoints au fil de notre histoire", a encore affirmé le milliardaire dans le communiqué commun avec Tiffany.

LVMH est la plus grosse capitalisation boursière française avec un peu plus de 200 milliards d'euros et le groupe disposait d'une trésorerie nette de 5,5 milliards d'euros lors de la clôture de son exercice 2018.

Un troisième joaillier après Bulgari et Chaumet

Mi-octobre, LVMH avait proposé à Tiffany une offre de rachat à 120 dollars par action, avant de porter cette proposition à 130 dollars il y a quelques jours, puis enfin à 135 dollars par titre dans la dernière ligne droite. Selon l'"accord définitif conclu" en vue de cette acquisition, "l'opération valorise Tiffany à environ 14,7 milliards d'euros, soit 16,2 milliards de dollars", précisent les deux parties.

Pour LVMH, l'acquisition de Tiffany va permettre de renforcer sa présence aux Etats-Unis, actuellement le deuxième marché du géant du luxe (et 23% de ses ventes lors des neuf premiers mois de l'année). Le groupe va également pouvoir ajouter un prestigieux joaillier à son portefeuille qui compte déjà Bulgari (racheté en 2011) et Chaumet (acquis en 1999). Cela lui permettra de mieux rivaliser dans les bijoux haut de gamme – le seul secteur du luxe où il n'est pas numéro un.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.