Loi travail : le Medef menace de se retirer des négociations sur l'assurance chômage

"Si rien ne bouge" d'ici la fin de l'examen du projet de loi travail à l'Assemblée nationale, le Medef suspendra la négociation sur l'assurance chômage. Menaces de Pierre Gattaz, le patron des patron lors d'une conférence de presse ce matin.

(Pierre Gattaz, le président du MEDEF, menace de suspendre les négociations de l'assurance-chômage si le projet de loi travail n'est pas modifié © MaxPPP)

Le Medef a menacé de quitter les négociations Unedic, sur l'assurance chômage, si le gouvernement ne retirait pas deux de ses nouvelles propositions (le compte personnel d'activité et la surtaxation des CDD) sur la loi Travail, a rapporté Pierre Gattaz. Et le patron des patrons indique que "si rien ne bouge" d'ici la fin de l'examen du projet de loi travail à l'Assemblée nationale prévu mi-mai, "nous en tirerons les conséquences".   Pour Pierre Gattaz, le point de rupture "est atteint". 

La version actuelle du texte El Khomri est intolérable, insupportable 

Lors de sa conférence de presse mensuelle ce mardi matin, le président du Medef a dénoncé une politique de "gribouille du gouvernement" sur la loi Travail et demandé de profondes modifications, selon une journaliste de France Info. La version actuelle du texte de la loi El Khomri est "intolérable, insupportable" , a ajouté Pierre Gattaz. Selon lui, "il n'est plus logique de continuer à faire-semblant, à négocier dans une logique absurde de donnant-donnant, qui n'a mené depuis 30 ans qu'à plus de complexité, de rigidité et de coût pour les entreprises".   La semaine dernière, Pierre Gattaz avait déja estimé que "taxer les CDD risque de détruire de l'emploi"

Ce qui pose souci au Medef, c'est que le texte a perdu son "ambition initiale de créer de l'emploi dans notre pays" . Et l'organisation patronale dénonce au passage l'attitude de la CGT et de Force ouvrière qui s'opposent au projet de loi Travail. Selon Pierre Gattaz, les deux syndicats sont "dans la culture de l'opposition systématique" et "ne font aucune proposition" .