Loi montagne : en 50 ans, le tourisme a tout grignoté

Il y a 30 ans, la loi montagne voulait équilibrer protection et développement. Qu'en est-il aujourd'hui ?

France 3

Au Puy-Saint-Vincent (Hautes-Alpes), il n'y a personne en cette saison, ni les 300 habitants du vieux village ni même les touristes plus haut à 1 600 mètres. Les magasins, les résidences, tout est fermé jusqu'à 1 800 mètres.

Arrêter les cadeaux fiscaux sur le neuf

600 appartements récents auraient plombé le marché de l'immobilier local. Avec un bel avantage fiscal, un couple de retraités a acheté un studio pour le louer, mais aujourd'hui l'appartement a perdu la moitié de sa valeur et avec la crise, les locataires ne se bousculent plus, même en plein hiver. Trop peu de locataires, une saison trop courte pour en profiter. Résultat : des lits vides. Et pourtant la carotte fiscale a longtemps boosté le développement de la station. Aujourd'hui, l'État pourrait arrêter les cadeaux fiscaux sur le neuf et inciter à rénover l'ancien.

Autre problème : le manque de neige. Les stations doivent de plus en plus créer leur propre neige pour maintenir une saison correcte et garantir l'emploi. Enfin, du côté des paysans, les terrains sont devenus trop chers aux abords de la station. En 50 ans, le tourisme a grignoté les terres agricoles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le massif des Ecrins (Hautes-Alpes), le 4 juin 2014.
Le massif des Ecrins (Hautes-Alpes), le 4 juin 2014. (COUPE-FRANCEDIAS/ ONLYFRANCE / ONLY FRANCE / AFP)