Les jus de fruits industriels sont-ils vraiment des jus ?

Les marques leur prêtent de multiples vertus, mais les jus de fruits industriels tiennent-ils leurs promesses santé ? Ou bien s'agit-il d'arguments purement marketing ?

Voir la vidéo
France 2

Du jus d'orange classique au kiwi du Lot-et-Garonne en passant par la banane, le litchi ou la mangue, le choix ne manque pas quand il s'agit de boire des jus ou nectars de fruit. En 2013, les Français en ont d'ailleurs consommé 1,5 milliard de litres.
Beaucoup de marques mettent en avant leur teneur en fruits, leur apport en vitamines, mais qu'en est-il vraiment ? France 2 a enquêté sur leur fabrication.

Près de Valence, un petit producteur fabrique un jus de poire "100% jus de fruit" et un nectar de groseilles. Pour les poires, il ne garde que le jus des fruits, n'y ajoute rien, ni sucre ni eau. Pour les groseilles, naturellement trop acides, la recette est différente. On écrase les fruits pour en garder la pulpe, puis on ajoute eau et sucre.

De la vitamine C synthétique, et beaucoup de sucre...

Mais de nombreuses marques de grande distribution affichent, elles, des boissons à base de jus de concentré : une fois le fruit pressé, l'eau du jus est évaporée, et l'on obtient un concentré. Au moment de la mise en bouteille, la quantité d'eau qu'il y avait initialement dans le jus est réinjectée. Un moyen de réduire la taille des lieux de stockage et le coût du transport.

Qu'en est-il des vitamines si souvent vantées sur les étiquettes ? Surprise, selon un nutritionniste interrogé par France 2, il y a parfois plus de vitamines dans le concentré que dans le pur jus. Mais attention, il s'agit de vitamine C synthétique, qui n'a pas les mêmes propriétés que la vitamine C naturelle. Plus grave pour le nutritionniste, la grande quantité de sucre présente dans les jus industriels, souvent l'équivalent de 3 morceaux de sucre par verre, autant qu'un verre de cola.

Le JT
Les autres sujets du JT