La nouvelle hausse du prix de l'électricité passe mal auprès des usagers

Les tarifs régulés de l'électricité vont augmenter de 5,9% le 1er juin. Cette hausse passe mal auprès des foyers les plus modestes.

Les tarifs régulés de l\'électricité vont augmenter de 5,9% à partir de samedi 1er juin.
Les tarifs régulés de l'électricité vont augmenter de 5,9% à partir de samedi 1er juin. (SEBASTIEN JARRY / MAXPPP)

À partir de samedi 1er juin, les tarifs régulés de l'électricité vont augmenter de 5,9%. L'augmentation devait normalement entrer en vigueur l'hiver dernier, mais le gouvernement l'a repoussée en plein mouvement des "gilets jaunes".

Pour les abonnés, surtout ceux qui se chauffent à l'électricité, l'addition risque d'être lourde. C'est le cas de Mathieu, qui habite sous les combles d'un un vieil immeuble haussmannien de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. Tous les autres étages sont en chauffage collectif au gaz. Mais pas le sien, où les appartements sont refaits pour être loués. "Tout est électrique, explique-t-il. On ne se rend jamais compte de combien on utilise jusqu'à ce que la facture fasse très très mal."

85 euros d'augmentation par an en moyenne

Comme deux Français sur trois, Mathieu sait qu'il peut changer de fournisseur d'électricité. Avec la hausse des tarifs réglementés, il ne s'est pas privé de regarder la concurrence. Mais il n'est pas convaincu. "Pour avoir déjà pris d'autres fournisseurs d'électricité, on n'y gagne pas beaucoup plus au final. Ils vous font une belle offre de base, mais au bout d'un ou deux ans tu as pris ton augmentation comme tout le monde."

Sur son ordinateur - elle n'a plus de facture papier -, Manon, en colocation dans un appartement de 42m² tout électrique, fait l'addition des factures de l'année 2018 : "642,70 euros". Un produit en croix plus tard, Manon obtient le prix annuel avec l'augmentation de 5,9% : + 38 euros.

Ce calcul n'est qu'une indication, mais Manon sera sans doute en-dessous de l'augmentation moyenne selon EDF : + 85 euros par an pour un foyer chauffé à l'électrique et payant 1 500 euros d'électricité par an. Mais avec un Smic et sa colocataire au RSA, la facture pèse tout de même sur la vie quotidienne. 

On ne chauffe pas beaucoup pour payer pas trop cher, on fait nos machines à laver la nuit, on essaie de mettre nos appareils électriques à recharger la nuit.Manonà franceinfo

La Commission de régulation de l'électricité rappelle que les tarifs réglementés doivent, c'est la loi, couvrir les coûts de production d'EDF. Mais l'Autorité de la concurrence, le Médiateur de l'énergie et des associations de consommateurs contestent la hausse, soulignant qu'elle finance aussi les concurrents d'EDF. Manon aimerait voir ces fonds ailleurs. "Pour la concurrence ça ne me paraît pas être une bonne raison, pour le nucléaire non plus, sauf si c'est pour arrêter. Des investissements pour l'environnement, pour une transition réelle, ce serait de bonnes raisons."

Mais l'électricité verte n'est plus financée par les factures d'électricité, puisque la contribution au service public de l'électricité, dont une partie allait au développement de l'éolien et du solaire, est à présent affectée au budget général de l'État.