La consommation d'électricité devrait battre un record en France jeudi à cause de la vague de froid

L'approvisionnement en électricité de la France sera assuré ce jeudi aux heures de pointe, a déclaré Dominique Maillard, président du Réseau de transport d'électricité (RTE).RTE a cependant appelé les consommateurs à se modérer en raison de craintes de coupures en Bretagne.

Electricité provenant de la centrale nucléaire d\'EDF de Golfech
Electricité provenant de la centrale nucléaire d'EDF de Golfech (AFP/JEAN PIERRE MULLER)
L'approvisionnement en électricité de la France sera assuré ce jeudi aux heures de pointe, a déclaré Dominique Maillard, président du Réseau de transport d'électricité (RTE).

RTE a cependant appelé les consommateurs à se modérer en raison de craintes de coupures en Bretagne.

La consommation d'électricité a atteint 90.000 mégawatts (MW) mercredi à 19H00, selon Réseau de transport d'électricité (RTE), soit en deçà du record historique de 93.080 MW enregistré le 11 février 2010.

RTE prévoit toujours un record historique pour jeudi, avec un pic de consommation attendu de 94.000 mégawatts (MW) à 19H00. Ces pics de consommation s'expliquent par "des conditions météorologiques inhabituelles qui sollicitent particulièrement le système électrique", avec des températures très inférieures à la moyenne habituelle, a expliqué RTE.

Ils font craindre des coupures dans les régions les moins bien approvisionnées, comme Provence-Alpes-Côte d'Azur et la Bretagne - qui ne produit que 8% de ce qu'elle consomme - où une alerte rouge a été déclenchée. Face à un "risque de coupure réel et imminent sur tout le territoire breton", les habitants ont été appelés à limiter leur consommation.

En 2009, RTE avait lancé avec succès plusieurs alertes, appelant les consommateurs à se modérer pour éviter la pénurie. Les gestes des Bretons ont permis une diminution de 1,5% de la consommation d'électricité, soit l'équivalent d'une ville de 60.000 habitants. "Il y a des comportements de plus en plus citoyens des consommateurs", a indiqué un porte-parole de RTE.

La consommation d'électricité est sensible aux variations de températures en raison du fort équipement des Français en appareils de chauffage électrique. En hiver, une baisse de 1°C de la température entraîne une augmentation de la consommation d'électricité d'environ 2.300 MW, soit le double de la consommation de la ville de Marseille.

La consommation d'électricité atteint ses plus hauts niveaux le soir, quand tous les Français rentrent chez eux et allument simultanément chauffages électriques et autres appareils ménagers (lave-linge, télévision...). D'éventuels délestages sont d'autant plus redoutés que plusieurs milliers de foyers ont déjà été privés de courant ces derniers jours dans la Manche ou en Dordogne, en raison des dégâts causés par la neige sur les fils électriques.

EDF a annoncé mercredi qu'il mobilisait "la totalité de ses moyens de production nucléaire, hydraulique et thermique disponibles pour assurer la fourniture d'électricité à ses clients". L'électricien public souligne que 51 de ses 58 réacteurs nucléaires sont actuellement en service et qu'il "avait acheté par anticipation des volumes d'électricité sur les marchés".

Pour éviter une pénurie, la France doit importer massivement aux heures de grande consommation. RTE prévoit mercredi soir un niveau d'importation de 6.200 MW. La capacité maximale du réseau est de l'ordre de 8.000 MW. La France, qui est traditionnellement exportatrice d'électricité, a été importatrice nette pendant 57 jours en 2009, contre six jours seulement en 2008, notamment en raison de nombreux arrêts de réacteurs nucléaires dans un parc vieillissant.