Cet article date de plus de six ans.

L'immigration, danger ou chance pour l'économie ?

Les décennies de recul sur l'immigration permettent de mesurer son impact sur l'économie. Si les immigrés coûtent au pays d'accueil au début, ils constituent, disent les études, de bons investissements.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les travailleurs immigrés en Europe ont envoyé plus de 100 milliards de dollars dans leurs pays d'origine l'an dernier. © Maxppp)

L'immigration a d'abord un coût : les demandeurs d'asile notamment bénéficient de 350 euros par mois en Allemagne comme en France. Un coût pour les accueillir également, dans des structures, pour les former aussi. Mais à plus long terme, l'OCDE démontre dans une étude récente que l'immigration profite aux pays d'accueil. Jean-Christophe Dumont, chef de la division des migrations internationales : "Les immigrés contribuent plus en taxes et en contributions sociales qu'ils ne reçoivent en bénéfices individuels. Ce qui consiste à dire qu'ils participent au financement des infrastructures et des dépenses publiques générales ".

"Il y a une sorte d'investissement qu'il faut faire dès le départ "

Dans la crise actuelle, tous les pays ne sont pas touchés de la même manière. La France l'est très peu, le Royaume-Uni encore moins. Ce sont la Suède, l'Allemagne, l'Autriche qui accueillent le plus d'immigrés. Pour faire face à cette vague d'immigration de diplômés surtout, côté syrien, il faut les intégrer plus rapidement, estime Jean-Christophe Dumont : "L'enjeu, c'est de faire en sorte que ces gens puissent intégrer le plus rapidement le marché du travail et avoir les compétences complémentaires, c'est à dire à la fois les compétences linguistiques, mais aussi des diplômes plus professionnalisants pour être aux standards de l'Allemagne, de la France, de la Suède. Donc il y a une sorte d'investissement qu'il faut faire dès le départ ". 

L'an dernier, les travailleurs immigrés en Europe ont transféré plus de cent milliards de dollars à leurs pays d'origine. Cela leur permet de se reconstruire.

A LIRE AUSSI : 

►►► En route vers l'Allemagne, les réfugiés accueillis à Vienne à bras ouverts

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.