L'annonce est survenue à l'issue du conseil des ministres. Objectif : rapporter 120 millions d'euros supplémentaires.

"On envisage une augmentation qui ne pourrait pas être supérieure au doublement", a annoncé la porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse mercredi. Cette taxe sur les boissons sucrées avait été annoncée le 24 août dans le cadre d"un plan de réduction du déficit.

Le gouvernementenvisage de doubler la future taxe sur les boissons sucrées.
Le gouvernementenvisage de doubler la future taxe sur les boissons sucrées. (Joel Saget / AFP)

"On envisage une augmentation qui ne pourrait pas être supérieure au doublement", a annoncé la porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse mercredi. Cette taxe sur les boissons sucrées avait été annoncée le 24 août dans le cadre d"un plan de réduction du déficit.

Toutefois, le gouvernement ne prévoit pas d"étendre ce dispositif aux boissons édulcorées, aux jus de fruits et aux eaux minérales. Ainsi étendue, « la taxe soda » pourrait rapporter 240 millions d"euros en 2012, selon le rapporteur général du Budget à l'Assemblée nationale, Gilles Carrez (UMP).

"Mais on voudrait greffer sur cette taxe un autre financement de l'amélioration des exonérations de charges patronales pour les salariés agricoles parce que nous avons un problème de compétitivité, notamment avec l'Allemagne sur le coût de la main d'œuvre", a-t-il expliqué. "Il faut trouver 120 millions de plus" pour ce financement. Résultat : la taxe pourrait s"élever à deux centimes d"euros par canette de 33cl, au lieu d"un centime auparavant, et rapporter ainsi 240 millions d"euros à l"Etat.

Le député UMP des Bouches-du-Rhône, Bernard Reynès, qui plaidait "depuis des mois" pour réduire le coût du travail des agriculteurs, s'est réjoui auprès de l'AFP que le gouvernement "reprenne le train en marche" sur ce sujet. Il a estimé que la réduction des cotisations patronales pour les agriculteurs employant moins de 20 salariés permanents permettrait de "faire baisser le coût (horaire, ndlr) de la main d'œuvre agricole d'un euro environ" par travailleur permanent.

L"annonce le 24 août dernier de cette taxe soda avait suscité l"ire des industriels de l"alimentaire. Le gouvernement avait alors justifié sa décision par une volonté de lutter contre l"obésité.