Inflation : les producteurs de bio inquiets

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Avec l’augmentation des prix, les consommateurs se tournent moins vers le bio, plus cher. En effet, en un an, la consommation de ces produits a diminué de 7,4 %. Un problème pour les producteurs qui sont aussi obligés d’augmenter leurs prix.
Inflation : les producteurs de bio inquiets Avec l’augmentation des prix, les consommateurs se tournent moins vers le bio, plus cher. En effet, en un an, la consommation de ces produits a diminué de 7,4 %. Un problème pour les producteurs qui sont aussi obligés d’augmenter leurs prix. (France 2)
Article rédigé par France 2 - A. Malesson, P. Wursthorn, F. Pelé
France Télévisions
France 2
Avec l’augmentation des prix, les consommateurs se tournent moins vers le bio, plus cher. En effet, en un an, la consommation de ces produits a diminué de 7,4 %. Un problème pour les producteurs qui sont aussi obligés d’augmenter leurs prix.

Quelques pommes de terre, des carottes, une botte d’asperges, sur les étals d'un marché bordelais, chaque choix de fruits et légumes est bien pensé. Sur un stand, pas d’aliments bio, les consommateurs semblent les délaisser pour d’autres produits. “Plutôt que le bio, je privilégie le local”, confie une femme. Selon une étude, les ventes de produits bio en grande surface ont diminué de 7,4 % l’an dernier.

Le problème de la hausse des coûts de production

Une productrice ne travaille qu’en circuits courts, et n’a donc pas perdu de clients, mais n’échappe pas à un autre problème : la hausse des coûts de production. “Tout a augmenté. On est obligés nous aussi de répartir les coûts supplémentaires”, confie la maraîchère. Mais il faut aussi s’adapter en proposant des produits moins chers à produire, comme les tomates anciennes qui prennent cette année la place des tomates classiques. Malgré toutes ces précautions, le compte n‘y était pas. La productrice a donc dû augmenter le prix de ses paniers d’un euro.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.