Une entreprise du Calvados recycle les véhicules anciens en voitures électriques

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Une entreprise du Calvados recycle les véhicules anciens en voitures électriques
Article rédigé par
France Télévisions

La start-up Lormauto basée dans la Calvados se propose de transformer d’anciennes voitures à moteur thermique classique en voitures électriques. Ces véhicules sont pour l’instant destinés uniquement à la location et plutôt pour un usage citadin #IlsOntLaSolution

Faire du neuf avec du vieux, c’est le crédo de Lormauto. La toute jeune société basée à Lisieux dans le Calvados recycle d’anciens véhicules et les transforme en voitures électriques. Elle ne garde que la carrosserie et change tout le système interne de l’automobile grâce à une plateforme unique. L’entreprise a sorti le 7 avril son premier prototype : une Renault Twingo.

La start-up normande entend ainsi répondre à la demande en véhicule électrique qui ne cesse de croître. En 2020, le marché a en effet bondi de 159% par rapport à l’année 2019. Un phénomène expliqué par l’arrivée de modèles neufs et la nouvelle réglementation CO2 en France.

20 000 euros le prototype

Mais Lormauto veut proposer sa solution face à l'omniprésence des modèles sortis d'usine. "La seule alternative aujourd’hui pour consommateurs, c’est d’acheter des véhicules neufs. On dit ‘non il y a une autre possibilité, c’est juste de requalifier des anciens véhicules", détaille Sébastien Rolo, fondateur de Lormauto qui a dépensé 20 000 euros pour l’aménagement de son prototype.

Pour l’instant, la petite Twingo est destinée à un usage citadin. Elle est proposée à la location. Comptez 250 euros par mois pour une autonomie de 100 à 150 km. "Ce sont des véhicules urbains, donc peu d’énergie, peu de poids pour une utilisation quotidienne", liste le créateur de la société. Lormauto espère proposer ses voitures recyclées non polluantes à la vente à partir de 2022. A terme, l’objectif est de produire 7 000 véhicules par an en 2030.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.