Crise sanitaire : 31 projets de relocalisation subventionnés par l'État

Emmanuel Macron l'avait promis lors de la première vague de coronavirus : la France entre dans une logique de relocalisation. Le point avec la journaliste France Télévisions Sandrine Feydel, en direct du plateau du 12/13.

France 3

L'annonce a été officialisée jeudi 19 novembre : une partie de la production du candidat vaccin de Pfizer et BioNTech a été confiée à Delpharm, une entreprises française. Cela entre dans la logique de relocalisation promise par Emmanuel Macron lors de la première vague de coronavirus. "La crise sanitaire a mis en lumière la nécessité de relocaliser certaines entreprises stratégiques dans plusieurs secteurs : la santé, l'agroalimentaire, l'électronique, dont la 5G, et les matières premières", énumère la journaliste France Télévisions Sandrine Feydel, en direct du plateau du 12/13.

140 millions d'euros distribués en 2020

L'État va subventionner 31 projets, censés créer 1 800 emplois. "On y trouve par exemple l'entreprise Comex, à Marseille (Bouches-du-Rhône), qui va se lancer dans la fabrication de pousse-seringues, ou encore une société du secteur médical, qui veut créer 400 emplois à Denain (Hauts-de-France)", reprend la journaliste. Au total, l'État va distribuer 140 millions d'euros en 2020 et consacrera 720 millions d'euros en trois ans aux projets de relocalisation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des seringues à usage unique, à Val-de-Reuil (Eure), le 10 juillet 2020.
Des seringues à usage unique, à Val-de-Reuil (Eure), le 10 juillet 2020. (JOEL SAGET / AFP)