Crématoriums : dents en or, stérilets en cuivre... Le recyclage qui choque

Une enquête choc de "60 Millions de consommateurs" a épinglé les assurances obsèques, qui seraient des placements ruineux. On apprend également l'existence d'une filière de recyclage autour des crémations, méconnue des Français.

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pour les 220 000 Français qui choisissent chaque année la crémation, les cendres sont remises aux familles. Mais certains métaux précieux ne brûlent pas. Les prothèses, les dents en or ou encore les stérilets en cuivre sont collectés par des entreprises spécialisées, qui les revendent à d'autres sociétés dans les secteurs de l'aéronautique, de l'automobile ou encore de l'électroménager. Une pratique méconnue des Français. Le magazine 60 Millions de consommateurs a enquêté : une centaine de tonnes de métaux précieux est récupérée chaque année.

L'argent récolté reversé à des associations ?

Le marché pèse plusieurs millions d'euros. 20% des recettes vont aux sociétés, 80% aux crématoriums, mais rien aux familles de défunts. Selon France 2, chaque crématorium toucherait ainsi en moyenne 20 000 euros par an. Un des représentants des crématoriums publics affirme que cet argent est reversé à des associations. 60 Millions de consommateurs suggère que ces fonds bénéficient au financement des obsèques des personnes modestes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les enfants de cette nonagénaire incinérée par erreur ont décidé de porter plainte.
Les enfants de cette nonagénaire incinérée par erreur ont décidé de porter plainte. (GODONG / BSIP / AFP)