Ascoval : dans la région de l'usine, le soulagement

Dans le Nord, la reprise de l'aciérie d'Ascoval est un épilogue heureux après quatre ans de combat acharné des 268 salariés. L'usine va pouvoir continuer de rythmer le quotidien de la commune de Saint-Saulve.

France 3

Dans le village de Saint-Saulve (Nord), c'est le soulagement. L'aciérie, la plus grosse entreprise des environs, est sauvée. Les emplois, 268 au total, sont tous reconduits. La fin d'un long suspense entre reprise et liquidation judiciaire, qui redonne le sourire aux commerçants. L'usine a été rachetée par un poids lourd de la sidérurgie : British Steel. La transaction doit permettre à l'Anglais de s'implanter en Europe, en cas de Brexit dur.

Un objectif déjà dévoilé

La nouvelle, saluée vendredi 3 mai par le ministre de l'Économie, ne rassure pas tous les syndicalistes. "Le plus dur reste à faire parce qu'il va y avoir des périodes de chômage. Les tonnages ne vont pas arriver comme ça du jour au lendemain. Ça va être une période frustrante pour nous", s'inquiète l'un d'entre eux. Le rachat sera effectif le mercredi 15 mai à minuit. Le repreneur parle d'une montée en régime progressive afin d'atteindre les 600 000 tonnes d'acier d'ici 2022.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un panneau indicateur \"Ascoval\" à Saint-Saulve (Nord).
Un panneau indicateur "Ascoval" à Saint-Saulve (Nord). (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)