Santé : les arrêts maladie dans le viseur de Bercy

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Le gouvernement souhaite s'attaquer aux arrêts maladies, de plus en plus nombreux.
Santé : les arrêts maladie dans le viseur de Bercy Le gouvernement souhaite s'attaquer aux arrêts maladies, de plus en plus nombreux. (France 3)
Article rédigé par France 3 - A. Girault-Carlier, J. Messa, J .Assouly, F. Basil, M-E. Guidee-Barnejee, Ph. Lagaune J. Martin, N. Leydier, C. Berbett Justice
France Télévisions
France 3
Le gouvernement réfléchirait à diminuer le coût des arrêts maladie. La facture s’est alourdie de 8 % en un an. Parmi les pistes, faire payer les entreprises ou diminuer l’indemnisation des salariés.

Les arrêts de travail, en hausse de 8 % en un an, sont dans le viseur du gouvernement. Un coût de plus en plus lourd pour les finances publiques, pas toujours justifié selon Bercy. "Ça représente une dépense totale de 16 milliards d’euros par an. Il y a des arrêts maladie qui sont justifiés : ça c’est normal, il faut les indemniser. Puis il y a des abus. Et les abus, il faut les contrôler, et il faut les sanctionner", explique Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances. 

Inquiétude des employeurs et syndicats 

Pour stopper la flambée du coût des arrêts maladie, le gouvernement souhaite responsabiliser les employeurs. Il envisage de les mettre à contribution financièrement, afin de prendre en charge une partie des arrêts de travail. Hors de question pour Jean-Eudes du Mesnil, secrétaire général de la CPME. "Les employeurs subissent déjà une partie des coûts. (…) Si ça se traduit simplement par une ponction supplémentaire financière sur l’employeur, ça réglera en rien le problème", estime-t-il. 

De leur côté, les syndicats craignent que les arrêts maladie soient moins bien indemnisés à terme, alors que le taux d’absentéisme augmente, notamment chez les jeunes et les cadres. Le gouvernement pourrait également demander plus de contrôles des médecins prescripteurs. L’initiative est vivement critiquée par la profession.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.