Prélèvement à la source : l'hésitation du gouvernement

Après dix jours d'hésitations, le gouvernement a annoncé mardi 4 septembre que le prélèvement à la source de l'impôt sera bien mis en vigueur au 1er janvier 2019. Retour sur les tergiversations du gouvernement.

France 2

Emmanuel Macron ne croyait qu'à moitié à cette réforme voulue par François Hollande. "Il y aura immanquablement des loupés techniques",avait-il déclaré. La réforme du prélèvement à la source devait être mise en place en janvier 2019. Mais fin août, Édouard Philippe annonce au JDD : "Nous ferons le point sur cette réforme dans les prochaines semaines". Le doute s'installe alors et Emmanuel Macron, en déplacement en Finlande, déclare qu'il a encore des questions. Du côté de Bercy, Gérald Darmanin martèle être prêt. L'hésitation pourrait venir des Français, comme Benjamin Griveaux se le demande. Finalement, Le Parisien publie une note alarmante dimanche 2 septembre, qui affirme que des milliers de bugs ont été constatés. Mais finalement, ces dix jours de tergiversations aboutissent au maintien du prélèvement à la source au 1er janvier 2019.

"Le compte à rebours est enclenché"

Alexandre Bensaid, sur le plateau de France 2 annonce que "le compte à rebours est enclenché". Le maintien de la mesure "signifie deux choses. Ce matin, Bercy a rassuré sur les bugs techniques et dans cette réunion l'impact psychologique a été jugé acceptable", explique la journaliste. Il y aura sûrement des aménagements pour que les Français n'aient pas l'impression de faire des avances à l'État. Cependant, "toute cette dernière semaine, on a vu l'exécutif embourbé, hésitant et cela peut entamer la confiance des Français et la confiance est l'essence de l'économie", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
La réforme du prélèvement à la source consiste à prélever les impôts directement sur les salaires et les pensions. 
La réforme du prélèvement à la source consiste à prélever les impôts directement sur les salaires et les pensions.  (DAMIEN MEYER / AFP)