Impôt : une semaine d'hésitations sur le prélèvement à la source

Mardi 4 septembre, le gouvernement n'a toujours pas pris de décision concernant l'application de la réforme du prélèvement à la source. Retour sur ce qui semblait être une mesure acquise.

France 3

La réforme de l'impôt en faveur du prélèvement à la source semblait acquise et elle devait être mise en place en janvier 2019. Mais en une semaine, les certitudes sont tombées, et le chef de l'État a publiquement admis avoir des doutes sur le sujet. "J’ai demandé aux ministres compétents de répondre à toutes les questions qui se posent encore", a -t-il déclaré. La possibilité d'un abandon pur et simple est évoquée. De son côté, le ministre du Budget est bien obligé de se prêter à des contorsions rhétoriques : il assure en même que la réforme est techniquement prête, mais qu'il n'est pas sûr qu'elle adviendra. Immédiatement, partisans et adversaires de la réforme sautent sur l'occasion.

Une hésitation qui ne plaît ni aux patrons ni aux syndicats

Certains patrons étaient déjà prêts et pour eux, un retour en arrière serait un gâchis, notamment financier. Seule certitude, ce flou ne plait à personne, aux patrons comme aux syndicats. "Ça envoie un très mauvais signal dans la façon dont la gouvernance aborde la politique fiscale, et cela aura des conséquences dans les rapports des Français à l'impôt, qui sont déjà malheureusement assez détériorés", affirme Vincent Drezet, du syndicat Solidaires finances publiques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Selon un sondage Ifop pour \"Le Journal du dimanche\", publié le 2 septembre 2018, 60% des Français souhaitent l\'entrée en vigueur du prélèvement à la source à partir du 1er janvier 2019.
Selon un sondage Ifop pour "Le Journal du dimanche", publié le 2 septembre 2018, 60% des Français souhaitent l'entrée en vigueur du prélèvement à la source à partir du 1er janvier 2019. (MAXPPP)