Cet article date de plus de huit ans.

"Je resterai fiscalement domicilié en France", dit Bernard Arnault

Au coeur d'une vive polémique après sa demande de naturalisation belge, il nie tout geste politique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le patron de LVMH, Bernard Arnault, le 4 février 2011, à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

POLITIQUE - "Je suis et je resterai fiscalement domicilié en France et, à ce titre, je remplirai, comme tous les Français, l'ensemble de mes obligations fiscales". Le patron de LVMH Bernard Arnault, l'a répété dimanche 9 septembre à l'Agence France-presse. Il a bien demandé la nationalité franco-belge, mais il ne sera pas un exilé fiscal.

"Notre pays doit compter sur la contribution de chacun pour faire face à une crise économique profonde", a souligné Bernard Arnault, première fortune de France et d'Europe et quatrième fortune mondiale. Il a assuré que sa "démarche personnelle engagée depuis plusieurs mois" en Belgique "ne doit faire l'objet d'aucune interprétation politique".

L'annonce par La Libre Belgique de la demande de naturalisation du patron a entraîné une vague d'indignation dans le monde politique. Bien qu'il ait déjà démenti par communiqué préparer son exil fiscal une partie de la classe politique le soupçonne de vouloir payer ses impôts en Belgique où les conditions sont plus avantageuses pour les grandes fortunes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.