Trêve hivernale : les expulsions locatives en constante augmentation

À la veille du coup d'envoi de la trêve hivernale vendredi 1er novembre, la Fondation Abbé Pierre tire la sonnette d'alarme sur le nombre d'expulsions toujours en hausse.

France 3

La trêve hivernale débutera vendredi 1er novembre, elle marque le début de l'interdiction des expulsions locatives jusqu'au 31 mars 2020. S'il s'agit d'un soulagement pour les familles en difficulté, la Fondation Abbé Pierre dénonce l'augmentation des expulsions. France 3 est allée à la rencontre d'une famille de Schiltigheim, dans le Bas-Rhin, le 16 octobre 2019. Ce jour-là, huissiers et policiers sont venus afin les expulser pour cause de loyers impayés. Des dettes qui culminent à quelque 2 500 euros. Les parents, âgés de 76 et 77 ans allaient être placés en Ehpad, mais leur fils n'avait aucune solution.

Une augmentation de 40% en 10 ans

"Je vais me faire expulser, mes parents vont aller en maison de retraite. Moi, je n'ai pas de solution donc je vais me retrouver à la rue", explique-t-il. En 2018, la Fondation Abbé Pierre a compté 15 993 expulsions, soit une hausse de 40% en 10 ans. "La politique sociale actuelle du logement ne va pas dans le bon sens", explique Marie Rothhahn, membre de l'Association. On a une austérité budgétaire, des coupes sur les aides personnelles au logement, insuffisance des logements sociaux, des loyers et des charges qui ne cessent d'augmenter", liste-t-elle. Les associations préconisent de venir demander de l'aide pour tenter de sauver les situations.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une barre HLM de la cité des Bosquets à Montfermeil (Seine-Saint-Denis), dans le département le plus pauvre de France. 
Une barre HLM de la cité des Bosquets à Montfermeil (Seine-Saint-Denis), dans le département le plus pauvre de France.  (ERIC FEFERBERG / AFP)