Immobilier : que représente vraiment la plus-value sur les résidences principales ?

Le journaliste Jean-Paul Chapel, sur le plateau de France 2, fait le point sur la plus-value immobilière.

FRANCE 2

Les propriétaires ne vendent pas systématiquement leur résidence principale pour s'enrichir, comme l'explique le journaliste Jean-Paul Chapel sur le plateau de France 2. "Quand on vend sa résidence principale, dans 88% des cas, c'est pour acheter un logement plus grand ou plus petit. Dans 12% des cas, le propriétaire vend pour déménager dans une autre région, le plus souvent pour des raisons professionnelles. Les ventes de résidence principale représentent les trois quarts des transactions, 960 000 l'année passée. Le reste, ce sont les investissements locatifs et les résidences secondaires", explique-t-il.

Une plus-value différente selon les régions

Pour ce qui est de la plus-value, "cela dépend du lieu de la résidence et au bout de combien de temps on revend son bien immobilier. Dans une moyenne de quinze ans, à Paris, la plus-value est de 94%. Les prix ont quasiment doublé. Dans une ville moyenne comme Dijon (Côte-d'Or), la plus-value est significative : +45%. Dans certaines villes, les prix ont baissé comme à Saint-Étienne (Loire)", précise le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des solutions existent pour les seniors pour une meilleure gestion et une rentabilité immédiate de leur investissement immobilier
Des solutions existent pour les seniors pour une meilleure gestion et une rentabilité immédiate de leur investissement immobilier (BOYAN TOPALOFF / AFP)