Cet article date de plus de six ans.

Logements sociaux : les villes bientôt forcées à respecter la loi ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Logements sociaux : les villes bientôt forcées à respecter la loi ?
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

En France, de nombreuses communes ne respectent pas le quota de 25% de logements sociaux, comme L'Etang-la-Ville ou Le Cannet.

Le président français François Hollande l'a annoncé ce jeudi 24 septembre : l'État va verser, en 2016, 250 millions d'euros d'aides pour la construction de logements sociaux. Autre nouveauté, les préfets pourront désormais forcer la main des mairies pour construire ces logements. En effet, de nombreuses communes ne respectent pas le quota de 25% de logements sociaux.

Les "mauvais élèves" se défendent

Parmi les mauvais élèves, L'Etang-la-Ville, une commune de 5 000 habitants dans les Yvelines, mais aussi Le Cannet, dans les Alpes-Maritimes, qui compte 45 000 habitants. "Moi, je n'aime pas m'entendre dire que je suis un mauvais élève, étant entendu qu'on fait le maximum. On est complètement dans cet esprit avec nos moyens", s'agace le maire de L'Etang-la-Ville, Jean-Yves Bouhourd. Et d'expliquer que sa commune est "extrêmement densifiée", sur un "espace très contraint".

Avec 8% de logements sociaux, la ville du Cannet est loin de respecter le quota pourtant exigé. "La ville a considéré que ce n'était pas acceptable, par rapport à ses administrés à qui on avait proposé un projet, de trahir leur confiance, en acceptant de passer d'un projet de délogement à un projet de 80 logements", explique Daniel Segatori, directeur général des services de la ville.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Immobilier

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.