Immobilier : quand les travaux virent au cauchemar

Rénover un toit, construire une maison... De nombreux travaux tournent au litige, selon une étude de l'association de consommateurs CLCV. Les explications de France 2.

FRANCE 2

La construction d'une maison est le rêve de nombreuses familles. Mais quand les travaux restent inachevés, celui-ci se transforme en cauchemar. Malfaçon, retard, dépôt de bilan, les causes sont nombreuses. Selon une étude publiée par l'association Consommation, logement et cadre de vie, dans 45% des cas, les litiges ont trait à des malfaçons, dans 21% des cas au non-respect du cahier des charges, et dans 17% à un problème de retard. Les propriétaires sont désemparés. "Il n'y a rien au sol, rien au plafond, pas d'isolation", se désole l'un d'eux au micro de France 2.

Les remboursements de crédit, eux, n'attendent pas

Williams Lontsi aurait dû emménager avec sa famille dans sa maison il y a deux ans et demi. Problème, les malfaçons se comptent par dizaines sur l'ensemble du chantier. Exemple, le sous-sol de la maison est inondé et la charpente menace de s'effondrer. Les travaux sont mal faits et loin d'être terminés, sauf que la famille a déjà payé 86 000 euros au constructeur, qui ne répond plus.

"Ils nous ont laissé tomber. Dès qu'ils ont eu ce qu'ils voulaient, ils sont partis. On les a convoqués au tribunal, ils ne sont jamais venus", s'indigne le propriétaire. En attendant une décision de justice, la famille doit rembourser son crédit, en plus d'un loyer de 850 euros par mois. "Certains pensent qu'on n'a pas eu l'argent pour continuer à construire, ça fait mal", confie Williams Lontsi.

Le JT
Les autres sujets du JT