"Un studio de 12 m² à 1 000 euros par mois, je ne m'attendais pas à ça" : à Paris, la galère des logements étudiants

C'est la rentrée aussi pour les étudiants, pendant tout le mois de septembre. Avec, avant même de commencer les cours, un dossier épineux à régler : celui du logement, notamment à Paris. 

L\'entrée du campus de l\'université Paris X Nanterre, le 4 septembre 2019
L'entrée du campus de l'université Paris X Nanterre, le 4 septembre 2019 (SARAH TUCHSCHERER / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Le syndicat étudiant Unef a chiffré le coût de cette rentrée universitaire : +2,8%, une hausse due pour une large part à l'augmentation des frais de logement. C'est particulièrement vrai pour ceux qui ont choisi d'étudier dans la capitale, comme Samia. La jeune fille arrive de Suède, pour étudier le marketing dans un établissement privé de l'ouest parisien. Quand elle a découvert le niveau des loyers, ça a été la douche froide, dit-elle : "Je ne m'attendais pas à ça ! J'étais excitée de venir à Paris, mais cela s'est arrêté quand j'ai vu les logements. J'ai reçu des propositions à 1 000 euros par mois, pour un studio de 12 m², 9 m²..."

En ce moment, je suis à Bois-Colombes, mais après mes cours d'aujourd'hui je vais déménager à Drancy pour quelques tempsSamia

Il n'y a pas que pour les étrangers que c'est compliqué. Parmi les étudiants accueillis cette semaine sur le campus de l'université de Paris X Nanterre, beaucoup n'ont que des solutions provisoires. Aliyah est inscrite en première année de droit, sa demande de chambre en cité U n'a pas abouti. Elle cherche désormais dans le parc privé. "Je n'ai pas un budget très élevé, et dans les alentours c'est aux environs de 500 euros par mois. Je ne les ai pas, à moins de trouver un travail. Mais c'est dur aussi de trouver un travail. Donc je cherche un logement chez l'habitant ou en colocation, mais c'est difficile".

Il y a beaucoup d'annonces arnaques. On m'a donné rendez-vous, et on m'a demandé de l'argent en avance. J'ai dit 'Vous êtes malade ou quoi' ?Aliyah

Si elle ne trouve rien, la jeune femme devra se résoudre à rester chez ses parents qui habitent le nord de l'Yonne, à plus d'une heure et demi de transport.

L'association générale des étudiants de Paris a calculé le loyer moyen d'un jeune incrit en fac dans la capitale : il s'élève à 646 euros. Pour la vice-présidente de l'association, Marjorie Humbey, il faut augmenter d'urgence le nombre de places dans les CROUS, ces logements à tarifs sociaux réservés aux étudiants. Il n'y en a actuellement que 6 750 sur Paris et la grande couronne, pour quelque 660 000 étudiants.

Fin août, le gouvernement a annoncé une légère revalorisation des bourses, de 1%. Un geste unanimement jugé insuffisant par les organisations étudiantes.

A Paris, la galère des logements étudiants. Un reportage de Sarah Tuchscherer.
--'--
--'--