Covid-19 : la trêve hivernale des expulsions locatives prolongée jusqu'au 1er juin

Les expulsions locatives ne reprendront pas le 31 mars prochain. Le gouvernement s'engage en parallèle à accompagner les propriétaires lésés.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Illustration logement. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Les expulsions locatives ne reprendront pas le 31 mars prochain, selon les informations recueillies par franceinfo lundi 1er février : la trêve hivernale est prolongée jusqu'au 1er juin. Emmanuelle Wargon, la ministre déléguée chargée du Logement, milite par ailleurs, comme la fondation Abbé Pierre, pour la création d'un fonds national d'aide aux impayés.

Dans son rapport annuel sur le mal-logement, la Fondation Abbé Pierre redoute qu'un "véritable drame" ne se profile avec la crise économique liée au Covid-19 : les dettes s'accumulent et le recours à l'aide alimentaire est massif. Un constat partagé par le gouvernement. De plus en plus de ménages sont "sur le fil", estime ainsi Emmanuelle Wargon.

30 000 procédures en cours

Le nombre des expulsions risque d'exploser : 30 000 procédures sont en cours, soit deux fois plus que la moyenne annuelle. Ce report devrait permettre de les préparer, de les échelonner, ou d'anticiper des propositions de relogements ou au moins d'hébergement. Le gouvernement s'engage en parallèle à accompagner les propriétaires lésés.

La création d'un fonds national d'aide aux impayés est par ailleurs réclamée par la Fondation Abbé Pierre. La ministre déléguée au Logement y est favorable. Elle milite pour un fonds de réserve de 100 millions d'euros. Selon son entourage, il ne manque plus que l'arbitrage de Matignon.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.