Froid : "La situation des personnes sans-abri cet hiver est catastrophique dans toutes les grandes villes"

Florent Guéguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité, estime que dans certaines villes "on est au bord d'une crise humanitaire".

Florent Guéguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (FNARS), le 29 janvier 2019 sur franceinfo.
Florent Guéguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (FNARS), le 29 janvier 2019 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"La situation des personnes sans-abri cet hiver est catastrophique dans toutes les grandes villes", a déclaré mardi 29 janvier sur franceinfo Florent Guéguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (FNARS). La neige et le froid rendent la vie des sans-abri encore plus pénible et dangereuse, alors les associations multiplient les interventions pour apporter leur aide aux personnes sans domicile, pour qui la situation "s'est dégradée" selon la FNARS.

franceinfo : A-t-on une idée du nombre de personnes qui dorment dans la rue cet hiver ?

Florent Guéguen : À Paris, on estime qu'entre 400 et 500 personnes qui ont appelé le 115 lundi soir, c'est-à-dire qui ont sollicité un hébergement, n'ont pas obtenu de place. Mais ça c'est un chiffre qui minimise le nombre réel de personnes à la rue. L'hiver dernier, la ville de Paris avait fait un comptage au mois de février et avait compté 3 000 personnes dehors, et on voit bien que la situation ne s'est pas améliorée. Le prochain comptage a lieu le 27 février et il sera probablement supérieur. La situation des personnes sans-abri cet hiver est catastrophique dans toutes les grandes villes. On a cité Paris, mais on peut aussi citer Toulouse, Lyon où plus de 600 personnes dorment dehors, Lille, bref toutes les grandes métropoles qui concentrent la demande d'hébergement et les problématiques de mal-logement.

Est-ce que les solutions proposées par l'État sont suffisantes ?

L'État qui est responsable de l'hébergement d'urgence n'est pas inactif. Il y a eu plusieurs milliers de places supplémentaires qui ont été ouvertes depuis l'année dernière, sauf que cet effort est très insuffisant et qu'aujourd'hui sur un certain nombre de villes on est au bord d'une crise humanitaire, ou en tout cas de personnes qui sont en grand danger soit à la rue soit en campement ou en squat et qui attendent des solutions des pouvoirs publics.

Est-ce que la situation des sans-abri s'est dégradée récemment ?

La situation s'est plutôt dégradée, puisqu'on a à la fois un effet de crise économique, notamment du logement cher dans les grandes villes, et puis on a aussi un effet de la crise de l'accueil des migrants puisqu'une partie de la population sans domicile fixe est une population qui devrait être dans les structures d'accueil des demandeurs d'asile, et là aussi faute de place les personnes sont à la rue, et appellent le 115 qui est un numéro universel. C'est le croisement de ces deux problématiques qui fait qu'aujourd'hui la situation est très inquiétante. Les associations sont très inquiètes face aux vagues de froid et de neige qui arrivent parce qu'encore une fois au plan national ce sont plusieurs dizaines de milliers de personnes qui sont aujourd'hui en danger.

RADIO FRANCE