Bordeaux : après l'effondrement de deux immeubles, quatre autres de la rue de la Rousselle menacent de s'écrouler

Les quatre immeubles évacués se situent aux numéros au 15, 17, 21 et 23, juste en face des deux immeubles qui se sont effondrés. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Rue de la Rousselle, Bordeaux (Gironde). (CAPTURE ECRAN GOOGLE MAPS)

Dix jours après l'effondrement de deux immeubles rue de la Rousselle à Bordeaux, quatre autres bâtiments menacent de s'écrouler à leur tour, selon le rapport de l'expert mandaté par le tribunal administratif de Bordeaux qui a été publié mardi 29 juin par la mairie de Bordeaux et auquel France Bleu Gironde a eu accès.

Selon ce rapport, ces immeubles doivent être sécurisés de toute urgence par leurs propriétaires. Ils se situent au 15, 17, 21 et 23, juste en face des deux immeubles qui se sont effondrés. Ils avaient déjà été évacués par précaution par la mairie dès le lundi 21 juin dans la matinée. Le rapport confirme la mise en place du périmètre de sécurité de treize immeubles.

Des travaux de sécurisation vont être effectués

Ils sont "extrêmement fragiles", précise le rapport qui préconise des travaux qui sont à la charge des propriétaires. Ces derniers ont dix jours désormais pour les engager. "Si tel n'était pas le cas", indique Stéphane Pfeiffer, l'adjoint en charge du logement, "la mairie a le pouvoir de les engager à leur place et de leur faire suivre ensuite la facture".

Lorsque ces travaux de sécurisation seront achevés, un bureau d'études techniques interviendra à son tour afin d'évaluer l'état de solidité de ces immeubles et de déterminer la possibilité de leur réintégration ou pas. "Nous n'avons pas encore de délai à annoncer à la centaine de personnes évacuées de leurs logements pour l'instant", précise Stéphane Pfeiffer, "ce qui est sûr, c'est que ces deux étapes seront longues". Sur les causes de cet effondrement, la mairie n'avance toujours aucune piste pour l'instant. Ce sont les experts des différentes compagnies d'assurance des propriétaires qui devront les déterminer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mal-logement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.