Cet article date de plus d'un an.

Immobilier : des bureaux vacants transformés en logements

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Sous l’effet de la pandémie de Covid, puis la démocratisation du télétravail, certains immeubles entiers de bureaux ont été désertés. Certains promoteurs immobiliers y voient une occasion de les transformer en logements, mais les travaux peuvent être coûteux et compliqués.
Immobilier : des bureaux vacants transformés en logements Sous l’effet de la pandémie de Covid, puis la démocratisation du télétravail, certains immeubles entiers de bureaux ont été désertés. Certains promoteurs immobiliers y voient une occasion de les transformer en logements, mais les travaux peuvent être coûteux et compliqués. (France 2)
Article rédigé par France 2 - C.de la Guériviere, H.Pozzo, L.Barbier , E.Revidon
France Télévisions
France 2
Sous l’effet de la pandémie de Covid, puis la démocratisation du télétravail, certains immeubles entiers de bureaux ont été désertés. Certains promoteurs immobiliers y voient une occasion de les transformer en logements, mais les travaux peuvent être coûteux et compliqués.

Tandis que le manque de logements est de plus en plus important chaque année, des millions de mètres carrés de bureaux sont vides, trop anciens ou désertés à cause du télétravail. La transformation de ces bureaux pourrait être la solution. Hélène Laire et sa fille en ont fait l’expérience, elles vivent dans d’anciens bureaux à Pantin (Seine-Saint-Denis) depuis deux ans. Un trois pièces avec la particularité d’avoir partout des grandes vitres. “C’est une très bonne idée, pourquoi rebâtir du béton, alors qu’il y a déjà du béton ?”, s’interroge-t-elle.

Les communes parfois réticentes

En Île-de-France, une centaine de projets similaires sont en cours, comme à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) où un immeuble de bureaux vitrés doit se transformer en plusieurs maisons mitoyennes. Les architectes se heurtent à plusieurs difficultés. Ils doivent composer avec la structure déjà existante et réutiliser au maximum les matériaux présents. En parallèle, tout doit être isolé aux nouvelles normes. Les coûts sont parfois plus chers que si tout avait été refait à neuf, ce qui pousse certains à tout démolir pour reconstruire. Quatre millions et demi de mètres carrés de bureaux restent vacants en Île-de-France, les communes sont souvent réticentes aux permis de construire, car cela implique le développement de crèches ou écoles, par exemple. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.