Cet article date de plus d'un an.

Immobilier : acheter en nue-propriété, une vraie bonne affaire ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min
Qui de l'achat en nue-propriété, un moyen de payer son bien immobilier moins cher -
Immobilier : acheter en nue-propriété, une vraie bonne affaire ? Qui de l'achat en nue-propriété, un moyen de payer son bien immobilier moins cher - (France 2)
Article rédigé par France 2 - C. De La Guérivière, D. Da Meda, C-M. Denis, E. Marot
France Télévisions
France 2
Alors que les taux immobiliers ne cessent de grimper, acheter un appartement en nue-propriété est un moyen de payer moins cher. En revanche, il n'est pas possible de profiter tout de suite du bien.

Acquérir un appartement en nue-propriété pourrait être le nouveau moyen d'investir dans le neuf. En optant pour ce type d'achat, il est possible de payer un logement moitié moins cher, mais avec une contrepartie : acheter aujourd'hui, mais devoir attendre pendant des années avant de pouvoir en profiter. Jean-Paul Alves, 52 ans, cherchait depuis longtemps un bon investissement pour sa retraite. Le prix de l'appartement parisien qu'il a acheté s'élève à 673 000 euros au lieu de 965 000 euros. 

Impossible d'habiter dans son appartement pendant 15 ans

Il a ainsi payé son logement 30% moins cher que sa valeur. Toutefois, Jean-Paul Alves n'est aujourd'hui que nu-propriétaire de son 90 mètres carrés. Il est donc impossible pour lui d'y habiter ou de le louer pour une durée de 15 ans. "Le principe, c'est que l'usufruit, qui est le droit de percevoir ces loyers, est confié à un bailleur institutionnel qui va gérer cet appartement pendant 15 ans", explique Nadir Benabed, directeur associé de Catella Patrimoine. Sur le long-terme, la nue-propriété peut être une bonne affaire. Par exemple, aucun frais d'entretien n'est à assurer sur l'appartement, et l'acheteur n'a pas à payer la taxe foncière, ni d'impôt sur le revenu, comme aucun loyer n'est touché par l'acquéreur. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.